Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

DR

 

 

 

Par Azwigh 

 

Lassés de constater que leur droit au retour s’éternise, dans l’expectative, un groupe de villageois de mechta Nechma, commune de Selma Ben-Ziada, sud-ouest de la wilaya de Jijel, a décidé d’organiser des marches hebdomadaires ou mensuelles, de la route national N43 jusqu’à mechta Nechma via Essfara et Bni-Aissa. La première marche a eu lieu au mois de novembre dernier, elle a été d’ailleurs couronnée de succès.

 

En effet, puisque les villageois, quelques dizaines, sont arrivés jusqu’à Nechma après plus de 20 années d’exil. Ils ont cotisé pour louer deux pèles mécaniques afin d’ouvrir la piste menant à ce hameau, situé à 8 kilomètre de la côte de Taza. La route la plus courte menant de cette localité à Nechma est toujours fermée à cause du terrorisme, d’où le long détour pris par les villageois via Bni-Aissa. Le groupe a décidé de continuer d’organiser des marches pour clamer haut et fort qu’ils en ont assez d’attendre et qu’ils comptent, du moins certains d’entre eux, retourner vivre dans leur mechta dès le printemps prochain, menace terroriste ou pas.

 

Vu la lenteur mise pour solutionner ce problème des déplacés, qui a duré deux décennies, certains participants à ces marches comptent en effet retourner à Nechma et s’y installer en permanence, et ce, sans que la sécurité ne soit rétablie. Car sitôt arrivés dans leur mechta lors de leur première marche, sitôt ils reçoivent la visite d’un groupe armé, qui n’est pas si mobile que ça, puisqu’il s’est implanté dans les environs de ce hameau depuis les années 1990.

 

Un membre d’entre eux, un barbu en tenue afghane, a donné (quand même !) sa « bénédiction » au retour des Nechmayens chez-eux, mais sous conditions. Qu’ils adoptent le comportement de « ni vu ni connu » ! Il leur aurait dit : « ne nous faites pas de tort ; nous ne vous ferons pas de mal… » ! Cette « sentence » de ne pas faire du « tort » à ce terroriste et ses acolytes veut dire ne pas dénoncer leurs activités et leur présence aux alentours de Nechma aux autorités concernées. Au diable les lois de la république qui obligent chacun de nous à dénoncer le terrorisme ! La non application de cette loi est sanctionnée, faut-il le rappeler, par des années de prison.

 

Pour éviter la soumission et le déshonneur sous la botte de ce groupuscule de brigands fanatiques, la plupart des villageois de Nechma, et les autres mechtas environnantes d’ailleurs, telles que ceux de M’kil, Khouata, Tifraouane et Kssir-Hmimasse, préfèrent retourner dans leurs mechtas la tête haute et demandent à l’État d’imposer sa souveraineté partout, jusqu’au fin fond des montagnes. Ils souhaitent qu’ils soient accompagnés par l’armée nationale pour sécuriser les mechtas, non encore « libérées », et les environs (forêts, coteaux et oueds).

 

Ils comptent ardemment aussi sur l’ambitieux projet lancé récemment par les responsables de la commune de Selma et ceux de la wilaya de Jijel visant la réouverture des routes et le rétablissement du réseau électrique pour faciliter leur retour définitif dans leurs mechtas et d’y pouvoir vivre en paix et dans la dignité.

 

Azwigh, (Nechma Libre, Facebook).

Publié dans Jijel-info, 17 décembre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article