Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Aménagée depuis le début des années 80, dans la perspective d’y implanter un complexe d’aciers spéciaux complétant celui d’El Hadjar, la zone industrielle de Bellara est restée en jachère. Depuis une vingtaine d’années, épisodiquement des rumeurs de mise en valeur sont annoncées dans la presse, mais rien de concret. Est-ce le bout du tunnel ? Oui si on en croit une dépêches de l’APS paru aujourd’hui :

 

 

L’Algérie va réaliser avec un partenaire qatari un complexe sidérurgique d’une capacité de production de 5 millions de tonnes d’acier par an, une usine qui va aider à réduire les importations importantes de produits sidérurgiques, a indiqué lundi le ministre de la PME, de l’Industrie et de la promotion de l’Investissement, Mohamed Benmeradi.

"Nous avons identifié des partenaires avec lesquels nous avons signé un premier document d’entente", a déclaré M. Benmeradi à la Radio nationale.

Le ministre s’est limité à révéler la nationalité du futur partenaire de l’Algérie en indiquant qu’il est qatari, sans en avancer plus de détails.

Les deux parties préparent actuellement une étude préliminaire qui va définir tous les aspects techniques du projet, a ajouté le ministre en avançant que les contours de cette société mixte sont déjà établis. L’investissement sera engagé suivant les nouvelles règles de partenariat édictées par l’ordonnance sur l’investissement (51%-49%), a-t-il précisé.

L’usine, qui sera implantée dans la zone industrielle de Bellara (Jijel) va produire dans une première étape 2,5 millions de tonnes d’acier long, une production appelée à augmenter à 5 millions de tonnes dans une deuxième étape avec la production d’acier plat et des aciers spéciaux, a révélé le ministre, précisant que cette production servira notamment à développer l’industrie du rail.

Cet investissement a été rendu nécessaire au regard des quantités importantes de produits sidérurgiques importés annuellement par l’Algérie, a souligné à ce propos le ministre.

Chaque année l’Algérie importe pour près de 10 milliards de dollars de produits sidérurgiques, soit près de 20% de sa facture d’importation globale, selon des chiffres cités par le ministre.

Sa consommation annuelle avoisine quelque 5 millions de tonnes, une demande en produits sidérurgiques que le complexe d’El Hadjar ne peut satisfaire même avec sa production appelée à augmenter à 1,5 million de tonnes dans les prochains 18 mois, à la faveur de son nouveau plan d’investissements, a noté le ministre.

Le gouvernement algérien avait donné dernièrement son feu vert à la reconduction de la convention d’investissement et de partenariat le liant à l’indien Arcelor Mital dans le complexe sidérurgique d’El Hadjar.

Mars dernier, M. Benmeradi avait indiqué que la décision de l’Etat de poursuivre son investissement avec Arcelor Mital a été motivée par le fait que cette société est la seule en Algérie qui produit de l’acier actuellement. Même si l’Algérie envisage d’autres investissements dans ce domaine, leur concrétisation nécessitera entre 4 à 5 ans de temps, avait alors estimé le ministre.

Le capital du complexe sidérurgique d’El-Hadjar est détenu à 70% par ArcelorMital et à 30% par le partenaire national Sider.

 

APS. 24 octobre 2011

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article