Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting à Saint-Herblain, le 14 janvier 2012. 
DR

 

 
 
  
  
  
Frapper militairement serait "une erreur gigantesque", estime l'ancien candidat du Front de gauche ce matin sur BFMTV et RMC. l'ex-candidat à l'Elysée du Front de gauche précise "Ce serait une erreur gigantesque, peut-être le seuil d'une guerre beaucoup plus large que toutes celles que nous avons vues dans cette région". Il ne fait pas confiance au prétexte invoqué: "Nous savons que les nord-Américains ont l'habitude d'utiliser n'importe quelle sorte d'argument pour justifier une intervention militaire", a poursuivi l'eurodéputé. "Cette fois-ci, c'est le gaz".
"Prenez tous le temps du sang-froid", a recommandé M. Mélenchon. "Il ne faut pas faire cette guerre", a-t-il insisté. en rappelant que Carla del Ponte, ancien procureur du TPI, enquêtant pour l'ONU, avait assuré en mai que la rébellion syrienne avait utilisé du gaz sarin. "Les Syriens sont un prétexte pour les uns et les autres" pour "un jeu de dominos", a-t-il dit en citant les États-Unis, la Russie et le Qatar. "Qui se trouve mieux depuis qu'on a tout cassé en Libye ?", a-t-il demandé.

"Nous sommes des suiveurs" dans ce dossier, a-t-il assuré. "Pour nous donner de la contenance, de temps en temps nous aboyons plus fort que le reste de la meute". Il faut travailler "à une solution politique" a demandé le dirigeant du Front de Gauche, "nous sommes sur la poudrière du monde", "on ne joue pas avec le feu". "Ce ne peut pas être le système des shérifs".
 
Source: Le Figaro
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article