Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Par Albert Memmi, écrivain

 

 

 

On aura noté, surtout à l'occasion des derniers événements, l'embarras lorsqu'il s'agit de désigner précisément les musulmans. Qu'entend-on par islam ? Est-ce une communauté particulière (Oumma) ou uniquement sa religion ? Islamisme signifie-t-il un ensemble de traits culturels ou, plus largement, les croyances et les pratiques d'une civilisation (la fameuse charia) ?

 

On emploie souvent indifféremment Arabe et Musulman ; or, Arabe est d’évidence inadéquat ; le « printemps arabe » aura fleuri également au Pakistan, qui d’origine hindoue, et en Iran, qui est d’origine persan. On s’e trouvé devant les mêmes ambigüités lorsqu’on voulait caractériser exactement la condition des Noirs ou celle des Juifs. Malgré les services rendus par la notion de négritude, inventée par les écrivains Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor, je m’étais permis de faire remarquer à ce dernier qu’elle était trop vaste, elle comprenait à la fois les hommes et la culture

 

Je lui proposais d'utiliser celle de négrisme, pour désigner uniquement l'ensemble des traits culturels des Noirs. Négricité pourrait désigner exclusivement la démographie ; négrité, la manière dont un Noir vit son appartenance relative à la négricité et au négrisme.

 

Léopold Sédar Senghor m'avait fait l'amitié de me donner son accord, et il m'est revenu qu'il utilisait cette tripartition dans ses conférences. Il avait même tenté, paraît-il, de définir une normandicité, parce qu'il séjournait souvent en Normandie, pays de son épouse.

 

J'ai procédé de la même manière avec la condition des juifs. Il était absurde de parler du judaïsme de quelqu'un. Il fallait, m'a-t-il semblé, considérer séparément les traits culturels, ou judaïsme, et la démographie des juifs, ou judaïcité ; judéité, terme que j'ai dû forger, serait la manière dont un juif vit, objectivement et subjectivement, son appartenance à la communauté juive.

 

Le succès de judéité acheva de me convaincre qu'il y avait là une nécessité, pas seulement langagière. Elle permettrait à un juif d'être laïque par exemple, sans renier pour autant sa solidarité avec les siens. Ne serait-il pas temps de procéder à la même ventilation pour les musulmans ?

 

Point de vue, 16 octobre 2012. Le Monde.fr

 

Albert Memmi, écrivain, auteur de "Portrait d'un colonisé" (Buchet Chastel, 1953)

BIOGRAPHIE

Albert Memmi, né le 15 décembre 1920 à Tunis, est un écrivain et essayiste franco - tunisien. Né dans la Tunisie coloniale, issu d'une famille juive de langue maternelle arabe, Albert Memmi est formé par l'école française, d'abord au Lycée Carnot de Tunis puis à l' Université d'Alger, où il étudie la philosophie, et enfin à la Sorbonne. Memmi se trouve au carrefour de trois cultures et construit son oeuvre sur la difficulté de trouver un équilibre entre Orient et Occident. Parallèlement à son oeuvre littéraire, il poursuit une carrière d'enseignant au lycée Carnot de Tunis ( 1953 ) puis, installé en France après l'indépendance de la Tunisie, à l' École pratique des hautes études, à HEC et à l' Université de Nanterre ( 1970 ).

E

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article