Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Impressions du jeudi

 

Le scénario des législatives peut être résumé ainsi : un vieux président proche de la retraite et son austère ministre des Finances ont réussi à sauvegarder une importante cagnotte du pillage du sérail. Comment dépenser ces milliards ? Il ne faut pas le dire aussi crûment, mais c’est l’enjeu.

 

Le président veut que la future assemblée devienne un des principaux lieux où s’élaboreront les compromis pour le partage du magot entre les familles. Ces choses-là se faisaient en coulisse, auparavant. C’est l’une des dernières volontés du vieux patriarche qui, avant de passer la main, veut « civiliser » son système de gouvernement, pour ne pas que les héritiers s’entretuent.

 

L’intrigue met en mouvement deux grands groupes d’acteurs

 

Ceux qui ont déjà des entrées dans le sérail. Côté jardin : les multinationales et leurs relais, commissionnaires, importateurs et concessionnaires. Christine Lagarde aussi qui veut sa part pour perfuser les banques européennes. Les multinationales qui veulent continuer à vendre sans concurrence nationale et voudraient en plus un Fonds souverain à la Qatarie (ou à la Kadhafi) pour se fournir en cash. Les influents marchands d’armes qui se livrent une concurrence féroce. Côté cour : l’ensemble du système de représentation, de l’APC à l’APN et leurs entrepreneurs-clients, qui interviennent dans la définition et la répartition des fonds publics à travers lois et règlements, subventions, crédits et attribution des marchés publics. Et, structurant le sérail, Il y a les « coupoles mafieuses » du système qui  ne veulent pas de nouvelles règles du jeu.

 

Le reste des participants, c'est-à-dire la foule des hors-système qui se tient pour l’instant à distance et observe. Les salariés et les entrepreneurs productifs surtout, qui savent comment les rouages fonctionnent. Sont-ils en mesure d’imposer la volonté du peuple sur l’utilisation du magot ? Cela paraît peu réaliste dans le temps présent. Vont-ils alors regarder ailleurs ou bien prépareront-ils, dès aujourd’hui, la prise de Fort Knox, en liant amitié avec les gardiens et comptables honnêtes du magot, en ramollissant les défenses de la citadelle et en regroupant les forces, comme semblent le y inviter, ceux qui veulent jouer dans la pièce du vieux président ou bien, de manière plus complémentaire qu’il n’y parait, ceux qui veulent envahir la scène pour y jouer leur propre histoire.

 

Saoudi Abdelaziz, 26 avril 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article