Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le 19 mars 1962, à midi, prend officiellement effet un cessez-le-feu qui met fin à huit années de guerre. La veille, à Évian, le gouvernement français a cédé au GPRA (gouvernement provisoire de la république algérienne) ses pouvoirs sur l'Algérie et le Sahara.

Les accords ont été signés par le ministre Louis Joxe d'un côté, le vice-président du GPRA Krim Belkacem de l'autre.

Le 8 avril 1962, un référendum en métropole ratifie la décision du gouvernement du général de Gaulle avec plus de 90% de Oui.

Les Algériens, quant à eux, doivent se prononcer pour l'indépendance de leur pays le 1er juillet 1962. Celle-ci est fixée au 3 juillet 1962 et sa proclamation officielle interviendra deux jours plus tard, le 5 juillet.

La majorité des habitants de souche européenne ou israélite, au nombre d'un million (10% de la population), prennent la résolution de quitter le pays, sans attendre le référendum qui doit avaliser les accords. La plupart débarquent en plein été à Marseille et Orly, avec de grosses valises pour seuls biens, au milieu de Français métropolitains qui ont déjà tourné la page et ne se soucient que de leurs prochaines vacances.

De 1954 à 1962, la guerre d'Algérie a mobilisé pas moins de deux millions de jeunes Français du contingent, appelés pour deux ans ou parfois davantage. Elle a fait au total 25.000 tués chez ces soldats ainsi que 2.000 morts de la Légion étrangère, un millier de disparus et 1.300 soldats morts des suites de leurs blessures.

Les victimes algériennes se comptent en centaines de milliers, selon les chiffres non encore définitivement arrêtés. 8.000 villages ont été incendiés, un million d'hectares de forêts incendiées et 2,1 millions de musulmans déportés dans des camps de regroupement.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article