Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

Yusuf Al-Qaradaoui appelle au "sens des priorités".

Dans la fatwa ci-après, Cheikh Abû Ussâma Ach-Châmî respecte cette consigne : « Les savants ont estimé que lorsque le versement de pots de vin s’imposait afin de faire valoir un droit légitime que l’homme ne parvient pas à obtenir autrement, comme le droit légitime, clair, et indéniable de travailler et autre ou encore, le droit de repousser une injustice par ce moyen, à ce moment-là, il est permis d’y recourir ».

 

TEXTE INTEGRALE DE LA FATWA

 

 

Est-il permis de donner un pot de vin (rachwâ) afin d’obtenir un emploi ?

 

 

Au nom d’Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Prières et salutations sur Son Messager.

Votre éminence, notre bien aimé Cheikh Abû Muhammed ainsi que mes chers frères du comité religieux du Minbar,

Assalâmu ‘alaykum wa rahmtou Allah wa barakâtuh,

 

M’est-il permis de donner une somme d’argent à quelqu’un en échange de quoi je suis assuré d’être embauché au sein d’une entreprise ?

Aussi, il existe des agences pour l’emploi qui jouent un rôle de coordination entre les entreprises et les demandeurs d’emplois et si les deux parties sont d’accord, cette agence reçoit d’eux une contrepartie financière.

Qu’Allah vous récompense.

’Abdullah

 

Réponse :

 

Wa ‘alaykum assalâm wa rahmatou Allah wa barakâtouh,

 

Payer une personne ou une agence en échange de l’obtention d’un emploi au sein d’une entreprise se limite aux deux possibilités suivantes:

 

Dans la première, tu as connaissance du fait que cette personne ou cette agence t’assure cet emploi en usant de corruption, si tel est le cas, il ne t’est pas permis de dépenser de l’argent dans ce sens ni d’emprunter ce chemin. En effet, le corrupteur, de même que le corrompu et celui qui leur sert d’intermédiaire sont maudits comme précisé dans les termes d’un hadîth.

 

Dans la deuxième, rien n’indique que tel est le procédé adopté par la personne ou l’agence à qui tu donnes de l’argent, il semblerait plutôt que leur rôle consiste à te trouver un travail par des moyens licites qui n’impliquent aucunement la corruption interdite. Il s’agira seulement de t’accompagner dans tes démarches de recherche d’emploi jusqu’à ce que tu sois embauché. En effet, ceci est le rôle de certaines agences spécialisées dans la recherche d’emploi. Dans pareil cas, il t’est permis de payer l’individu ou l’agence chargée de cela, car cet argent est une rémunération en échange du fait que tu les as mandatés pour te trouver un travail. Dans le cas où cette rémunération est suspendue à la condition que tu trouves un emploi, il s’agira alors d’un ju’l. (1)

 

Ceci étant, les savants ont estimé que lorsque le versement de pots de vin s’imposait afin de faire valoir un droit légitime que l’homme ne parvient pas à obtenir autrement, comme le droit légitime, clair, et indéniable de travailler et autre ou encore, le droit de repousser une injustice par ce moyen, à ce moment-là, il est permis d’y recourir. La perception de la corruption reste toutefois illicite pour la personne corrompue qui encourra dès lors la malédiction divine.

 

Il convient de prêter attention au fait que les cas concernés par cette permission nécessitent d’être examinés en détails et qu’on ne peut laisser libre cours à l’effort de réflexion et aux estimations personnelles des gens de peur qu’ils étendent le cadre ce cette permission et y introduisent des choses illicites. Il incombe donc de revenir aux savants afin de s’enquérir auprès d’eux du jugement relatif à chaque cas précis.

 

Et Allah demeure Plus Savant.

 

Cheikh Abû Ussâma Ach-Châmî

 

(1) NDT : Le ju’l, aussi appelé la ju’âla : contrat par lequel une personne s’oblige à payer une récompense à celui lui rend un service aléatoire, par exemple en disant à quelqu’un : « si tu fais telle chose, tu auras telle somme », ou encore « si tu me ramènes telle chose, tu auras telle récompense ». Voir pour plus de détails, notamment la différence avec un contrat de salarié, Fiqh as-Sounna, tome 3, page 291.

 

Source : http://www.fatwaislam.fr

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article