Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

DR

 Sonatrach Hassi R'mel

 

 

 

 

 

 

Le Tribunal de Laghouat ont rejeté lundi la plainte des employeurs contre les 1161 travailleurs qui mènent une grève de la faim depuis une dizaine de jours à Hassi-R’Mel,. Ce jugement va-t-il acculer à la négociation les trois compagnies de catering sous-traitantes de la Sonatrach ? Le tribunal a sans doute conforté dans leur détermination les salariés et leurs représentants syndicaux. Ils affirment ne reprendre le travail qu’en cas de garanties sérieuses sur l'application des textes qui régissent la rémunération des travailleurs de la sous-traitance.

 

Témoignages :

Halim, 30 ans, a les joues creusées par sa grève de la faim. Mais il a le sourire. « Nous sommes contents parce que la justice, aujourd’hui, a fait son travail correctement. Quand ils ont regardé tous nos PV de grève, les photos de grève, les cas qu’on a reçus, tous ont refusé le dossier », explique-t-il.

Malgré la décision de justice, la grève se poursuit. « On n’a pas confiance. La justice nous dit qu’on a raison et l’employeur affirme le contraire. On n’a rien reçu, pourquoi arrêter la grève ? », s’étonne Fouad Djida, l’un des représentants des travailleurs.

Les sociétés qui emploient les grévistes sont toutes des sous-traitantes de l’entreprise nationale de pétrole, la Sonatrach. Et c’est désormais celle-ci que les grévistes mettent en cause. « Elle ne dit rien. Sonatrach a le poids de changer cette situation. Elle peut résilier le contrat, elle peut nous embaucher directement. C’est simple », argue encore Fouad.

Après leur première victoire en justice, les grévistes ont décidé de porter plainte contre leurs employeurs. Ils réclament des dommages et intérêts en plus du respect du droit du travail.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article