Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Les douaniers militants de l’UGTA continuaient hier leur grève de la faim pour exiger le respect de la démocratie syndicale.

 La bureaucratie syndicale réagit à sa manière. Sur instruction de Sidi Saïd, secrétaire général de l’UGTA, il était hier interdit aux journalistes d'accèder à la Maison du peuple où les onze douaniers continuent leur grève de la faim. Selon Le Temps d’Algérie, les journalistes présents hier considèrent l'attitude de Sidi Saïd comme «une grave entrave à la profession et aux libertés fondamentales, dont celui d'informer».

 Le porte parole des grévistes, Slimani, affirme : «Notre démarche vise à démontrer la complicité agissante existant entre le SG de la FNTD (Fédération Ugta ndlr) et l'administration des douanes mais également prouver que ces derniers ont transgressé les règlements et les lois régissant les activités syndicales, mais en définitive, les responsables de l'UGTA nous ont demandé de rédiger des recours alors que nous avons déjà rédigé pas moins d'une dizaine qui sont restés sans réponse » 

 

L'union locale d'Alger de l’Ugta, dans une correspondance, «condamne et met en évidence le caractère arbitraire des sanctions dont ont été l'objet les douaniers syndicalistes». Au troisième jour de grève, des douaniers sont venus apporter leur soutien à leurs collègues.  Un représentant du syndicat des travailleurs de la SNVI, accompagné par des salariés de Rouiba, se sont déplacés.

D'après Le Temps d'Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article