Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 Après la grève d’hier, les stewards et hôtesse d’Air Algérie obtiennent gain de cause. Par ailleurs, la représentativité du syndicat autonome, qui a conduit le mouvement, est confirmée. La direction générale qui a négocié la fin de la grève avec le SNPNCA, devra sans doute lever le blocage à la l’élection démocratique des représentants salariés aux commissions paritaires.

 

Début juin : la grève générale illimitée pour la journée du 15 juin est votée par les stewards et hôtesses, réunis en assemblée générale, à l’appel du Syndicat national du personnel navigant commercial Algérie (SNPNCA). La direction générale refuse de discuter avec le syndicat autonome sur les revendications,  qui concernent l’amélioration des conditions de travail et la révision de l’accord salarial de 2003 totalement dépassé.

 

Le 12 juin : un sévère éditorial du quotidien libéral de grand tirage Liberté dénonce la menace de grève, « une forme de chantage insupportable », « au début de la saison estivale »

 

Le 13 juin, le secrétaire général de l’entreprise reçoit les représentants syndicaux, il annonce l’engagement d’une procédure en référé.

 

14 juin : à la suite d’une plainte de l‘employeur, une ordonnance d’annulation de la grève est rendue par le juge des référés d’El Harrach.

Dès le prononcé de cette ordonnance, le PDG, dans une note adressée au personnel navigant commercial, juge que la grève est une «manipulation», visant à « assouvir des ambitions personnelles».

 

Le 14 juin en fin de journée : dans un communiqué de presse, la direction générale assure que « Le programme de l’entreprise se poursuivra normalement» et qu’elle a engagé « une concertation visant à prendre en charge les préoccupations des différents collectifs de l’entreprise.»

 

15 juin, 4 heures du matin : à l’appel du bureau syndical, une assemblée générale se tient à la salle des opérations de l’aéroport Houari-Boumediene pour discuter des suites à donner à l’ordonnance du juge des référés. Les salariés décident à l’unanimité de maintenir le cap.

 

15 juin : dès le matin, sur les tableaux électroniques, toutes les destinations affichent « annulé ». La grève est aussi largement suivie dans les aéroports internationaux d’Oran et de Constantine. Le PDG Bouabdellah arrive sur les lieux, à Dar el Beïda, mais les navigants poursuivent la grève.

Le PDG décide alors d’ouvrir les discussions avec les représentants syndicaux.

 

15 juin, fin de journée : le président du syndicat autonome, M. Hamamouche, annonce un accord. « Lors de la réunion, tenue l’après-midi, à la demande du PDG, ce dernier s’est montré réceptif et ouvert à toutes les négociations, en précisant qu’il a été trompé sur la situation. Il a accepté de prendre en charge notre plateforme de revendications. Un délai de trois semaines lui a été accordé».

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article