Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Grèce : la pourriture de l’oligarchie [par Kostas Vaxevanis]Au début de l'année 2012, au moment de la publication de l'article ci-après, dans le New-York Times, Kostas Vaxenavis vivait dans l’attente d’un second procès après avoir été jugé pour avoir publié dans son journal la fameuse liste des 2000 citoyens grecs ayant des comptes bancaires suisses.  « Le résultat n’a pas plu à ceux qui sont au pouvoir » expliquait-t-il. En Grèce, nous avons un secteur public qui ne fontionne pas ; au cours des 40 dernières années, les partis au pouvoir ont donné des emplois du gouvernement à leurs partisans, quelles que soient leurs qualifications. Mais le vrai problème avec le secteur public est la petite élite de gens d’affaires qui vivent de l’Etat grec tout en se faisant passer pour des «entrepreneurs». Ils possèdent également un grand nombre de médias du pays, et parviennent ainsi à faire en sorte que leurs actions soient silencieuses ».

Par Kostas Vaxevanis, 7 janvier 2012. New-York Times

La démocratie est comme une bicyclette: si vous arrêter de pédaler, vous tombez. Malheureusement, le vélo de la démocratie grecque est rompu depuis longtemps. Après l’effondrement de la junte militaire en 1974, la Grèce a seulement créé un hybride, une forme diluée de la démocratie. Vous pouvez voter, appartenir à un parti et protester. Pour l’essentiel, cependant, une petite clique exerce tout le pouvoir politique significatif.

Pour tout ce qui a été dit à propos de la crise grecque, beaucoup n’a pas été dit. La crise est devenue un champ de bataille des intérêts et des idéologies. L’enjeu est le rôle du secteur public et l’État-providence. Oui, en Grèce, nous avons un secteur public qui ne fontionne pas ; au cours des 40 dernières années, les partis au pouvoir ont donné des emplois du gouvernement à leurs partisans, quelles que soient leurs qualifications.

Mais le vrai problème avec le secteur public est la petite élite de gens d’affaires qui vivent de l’Etat grec tout en se faisant passer pour des «entrepreneurs». Ils soudoient les politiciens pour obtenir des gros contrats du gouvernement, généralement à des prix gonflés. Ils possèdent également un grand nombre de médias du pays, et parviennent ainsi à faire en sorte que leurs actions soient silencieuses. Parfois, ils vont même jusqu’à acheter une équipe de football pour rallier un soutien populaire et protéger leurs crimes derrière la protection populaire, comme le baron de la drogue Pablo Escobar l’a fait en Colombie et le chef paramilitaire Arkan en Serbie.

En 2011, Evangelos Venizelos, qui était alors ministre des Finances et est aujourd’hui le leader du parti socialiste, le Pasok, a institué une nouvelle propriété du droit fiscal. Mais pour les propriétés de plus de 2.000 mètres carrés la taxe a été réduite de 60%. M. Venizelos a ainsi mis en place une exemption importante pour les seules personnes qui pouvaient se permettre de payer l’impôt : les riches. (M. Venizelos est aussi l’homme responsable d’une loi accordant une large immunité aux ministres du gouvernement.) [note okeanews : E. Venizelos est également propriétaire d'un nombre conséquent de biens immobiliers, dont beaucoup ont été achetés courant 2010]

Ces manigances ont cours depuis des décennies. Le public est privé de la vraie information, puisque les chaînes de télévision, les journaux et les sites de nouvelles en ligne sont contrôlés par l’élite économique et politique.

 Un autre scandale implique la liste dite de Lagarde. En 2010, Christine Lagarde , alors ministre des Finances françaises (et désormais à la tête du Fonds Monétaire International), a remis au gouvernement grec une liste de quelque 2000 citoyens grecs ayant des comptes bancaires suisses, pour aider à découvrir la fraude fiscale. Les autorités grecques n’ont pratiquement rien fait avec la liste, deux anciens ministres des Finances, Georges Papaconstantinou, et son successeur, M. Venizelos, auraient même déclaré au Parlement qu’ils ne savaient pas où elle était. Pendant ce temps, plusieurs médias ont faussement accusé certains hommes politiques et des hommes d’affaires d’être sur la liste, afin de dissimuler la triste réalité : les gens riches ont fraudé le fisc, tandis que leurs concitoyens désespérés étaient à la recherche de nourriture dans les poubelles.

Lorsque Hot Doc, le mensuel que j’édite et publie, a rendu publique la liste en Octobre, j’ai été arrêtéet accusé d’avoir violé la vie privée, mais j’ai été acquitté. Le résultat n’a pas plu à ceux qui sont au pouvoir. Je suis donc dans l’attente d’un second procès (la date n’a pas encore été définie) sur des allégations similaires et vagues. Tout au long de l’ensemble du processus – de la publication de la liste, mon arrestation, mon acquittement – les médias grecs étaient absents. C’était une actualité devenue mondiale pour la presse internationale, mais pas dans le pays où elle a eu lieu.

 La raison en est simple. La liste de Lagarde implique un groupe corrompu qui répond au nom de la démocratie même si il l’annule négligemment : les fonctionnaires avec les sociétés offshore, des amis et des proches des ministres du gouvernement, des banquiers, des éditeurs et ceux qui sont impliqués dans le marché noir.

 Après la publication de la liste dans mon magazine, le gouvernement grec n’a pas fait un seul commentaire sur le sujet.

 Lorsque M. Venizelos a quitté le ministère des Finances en mars dernier, il n’a pas retransmis le CD avec la liste à son successeur. Il l’a gardé pour lui. Ce n’est que lorsque son successeur, Yannis Stournaras, a déclaré au Financial Times en Octobre qu’il n’avait jamais reçu la liste que M. Venizelos l’a rendu au bureau du premier ministre. Il n’a jamais été questionné au sujet du retard, et les chefs des trois partis de la coalition gouvernementale n’ont pas renvoyé son cas à la commission d’enquête parlementaire.

Pendant ce temps, une nouvelle version publiée de la liste précise que quelqu’un avait enlevé les noms de trois des proches de M. Papaconstantinou, qui était le ministre des Finances de 2009 à 2011, avant M. Venizelos. Le mois dernier, M. Papaconstantinou a été expulsé du Pasok. Maintenant, il fait face à une enquête parlementaire, à la levée potentielle de son immunité, à des poursuites en tant qu’ancien ministre et à des accusations de falsification des données. Il semble qu’il puisse devenir une nouvelle Iphigénie, un bouc émissaire sacrifié pour que le système politique corrompu puisse survivre.

Tout cela se déroule à un moment où la Grèce est sur la corde raide au-dessus de l’abîme de la faillite, tandis que le gouvernement de coalition met en place de nouvelles taxes pour les classes inférieures. La moitié des jeunes Grecs sont au chômage. L’économie se contracte à un rythme annuel de 6,9 ​​pour cent. Les gens recherchene de la nourriture. Et un parti néo-nazi, l’Aube Dorée, est à la hausse, en exploitant le ressentiment et la rage envers la classe dirigeante.

 Le peuple grec doit remonter sur leur vélo de la démocratie en exigeant la fin de la tromperie et de la corruption. Les journalistes doivent résister aux manipulations et redécouvrir leurs fonctions journalistiques. Et le gouvernement devrait relancer l’héritage de la Grèce antique – au lieu de tuer le messager.

Source : New York Times

Traduction : OkeaNews

 Première mise en ligne; le 8 janvier 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article