Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Vultures

finance.blog.lemonde.fr

 

 

 

Par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

 

Kamal Benkoussa, « trader Partner chez Goldenberg Hehmeyer LLP,Hedge Fund macroéconomique américain, expert en finance », a le mérite d’être constant dans sa démarche. Il affirme dans Liberté qui lui offre ses colonnes. “L’Algérien qui a 20 ans aujourd’hui se retrouvera, en 2025, avec un pays démuni de levier, donc ne pouvant plus décider de son avenir, sans ressources et totalement vulnérable”. Il préconise la création d’un fonds souverain, doté de 50 milliards de dollars, « comme une des solutions qui ont permis à des économies qui étaient dans la même situation que l’Algérie de s’en sortir » rapporte le quotidien. “En Algérie, on nous explique vu qu’on a plus de 183 milliards de dollars de réserves de changes, on n’a pas besoin d’investisseurs. C’est une erreur totale”, estime l’expert.

 

 

En août 2011, le persévérant partner du hedge fund préconisait carrément, dans El Watan, une nouvelle stratégie économique : « L’Algérie devrait se doter d’un fonds souverain, mais sans une véritable stratégie économique dans laquelle la création de ce fonds serait inscrite, je crois que cela ne serait qu’un échec de plus. (…) Nous devons opérer un virage à 180 degrés dans l’organisation de notre société, avec une réforme institutionnelle profonde, notamment de la gouvernance ».

 

 

Les hedge funds, ces fonds spéculatifs nés à la fin des années 90, au sommet de la vague ultralibérale proposent une « gestion alternative »  garantissant des rendements élevés aux investisseurs. Ayant joué un grand rôle dans l’amplification de la crise financière de 2008, on les avait alors baptisés «fonds pourris ». Ils apparaissaient comme des vautours de la crise. Le sont-ils toujours? Apparemment ils se sentent très à l’aise actuellement. Selon, le dernier HFR Global Hedge Fund Industry Report, publié avant-hier, les actifs des hedge funds ont progressé au premier trimestre de 122 milliards de dollars, leur plus forte hausse sur un trimestre depuis le quatrième trimestre 2010, pour s'établir à 2.375 milliards de dollars.

 

 

Kamal Benkoussa, est dans la ligne de Goldman Sach et Carlyle, parrains des hedge funds qui préconisent la création des fonds souverains dans les pays disposant de réserves de dévises « inemployées ». Ils  furent dans ce domaine, les mentors des Emirs et aussi ceux du défunt guide libyen. Sur leurs conseils, la Libye a créé un fonds souverain sept ans avant l’invasion de l’Otan. A quoi a-t-il servi  à ce pays d’assouvir les convoitises du système financier occidental ? On donne le doigt… dit le probverbe. Par ailleurs, l’expert a-t-il raison de dire que l’Emirat du Qatar, avec sa population n’excédant pas le million d’habitants, est « dans la même situation que l’Algérie » ?

 

 

 

 

Saoudi Abdelaziz, 28 avril 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article