Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 Par Fatah Agrane

 

En ce lundi pluvieux et froid au cimetiére de BOLOGHINE, les compagnons et camarades de FERNAND YVETON, ses amis, l’association des condamnés à mort ont tenu, comme chaque année, à commemorer l’anniversaire de son exécution par la guillotine, à la prison de Barberousse( ALGER ), en compagnie de ses frères Mohamred Ouannouri et Mohamed Lakhneche, comme ce jour terrible du 11 février 1957 !

 

Une gerbe de fleurs a été déposée et une minute de silence observée lors de ce recueillement !

 

L’occasion a été offerte pour dire un mot sur ce glorieux martyr. Un participant à pris la parole pour rejeter cette appellation insidueuse "combattants d’origine europenne", en disant « c’est quoi ça ? »

 

Ces martyrs ont fait un choix bien avant de tomber au champ d’honneur et ont donné leur vie pour l’Algérie

 

Pourquoi alors quand il s’agit des autres chouhada on ne dit pas « d’origine turque, berbère, targuie, arabe, phénicienne, romaine », et autres ?

 

D’autre part les harkis étaient" Algériens musulmans" mais opposés à la cause de la libération nationale !

 

L’engagement de Fernand Yveton, Georges Raffini, Raymonde Peshard, Henri Maillot et de nombreux autres militants, comme patriotes, internationalistes et pour la fin de l’exploitation de l’homme par l’homme, ils le doivent à l’éducation et aux ideaux du parti auquel ils appartenaient : le Parti communiste algerien (P.C.A) !

 

Ce 11 février, au même cimetière de Bologhine, nous avons tenus à nous recueillir sur la tombe de Georges Acampora, ancien condamné à mort disparu, depuis exactement un an.

 

Oui, leur engagement anticolonial a réussi à integrer tous les militants dans le combat pour la libération de notre pays, on ne cherche pas leur origine, on doit seulement honorer et perpétuer leur combat !

 

Gloire à nos chouhadas !

 

Fateh Agrane, Alger, 11 février 2013. Raina-dz.net



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article