Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Il faut « dégager des flots sablonneux qui retiennent encore le navire Algérie dans les eaux glauques de l'ultralibéralisme » écrit aujourd’hui Maamar Farah dans sa chronique du Soir d’Algérie. Coïncidence, le journal économique français La Tribune nous informe que selon des experts américains ces « eaux glauques » cachent une arnarque monumentale.

Même le Pape dénonçait avant hier, urbi et orbi, « la mentalité égoïste et individualiste qui s'exprime également au travers d'un capitalisme financier sans régulation ».

 

 

 

 

Les économies développées sont-elles devenues des chaînes de Ponzi?

 

 

 

 

nabil bourassi

DR

 

Par Nabil Bourassi, la tribune.fr

 

 

Un rapport du Boston Consulting Group a comparé les économies des pays de l'OCDE à la chaîne de Ponzi, du nom de cet escroc italien qui a inspiré Bernard Madoff arrêté en 2008. L'impasse sur le poids de la dette ne peut plus être permise d'après ce rapport.

 

« L'économie des pays développés, c'est un peu comme la chaîne de Ponzi, une vaste escroquerie ! », c'est ainsi que nous pourrions résumer un récent rapport du Boston Consulting Group (BCG) sur la crise des pays développés. Bien entendu, le discours est plus policé, mais l'analyse est sans concession. Le titre de ce document est d'ailleurs assassin : Fin de l'ère de la finance à la Ponzi. Il se réfère ainsi à Charles Ponzi, cet escroc d'origine italienne qui avait floué dans les années 1920 des milliers d'épargnants de Boston en leur promettant des taux de rendements exceptionnels et qu'il rémunérait avec l'argent récolté chez d'autres épargnants. Il y a quelques années, un certain Bernard Madoff avait construit la même arnaque sur des sommes astronomiques.

 

2 janvier 2013. La Tribune.fr 

 

 

 

Les fossoyeurs de l’industrie algérienne

 

 

 

DR-« Se dégager des flots sablonneux

qui retiennent encore le navire Algérie

dans les eaux glauques de l'ultralibéralisme »

 

 

Par Maâmar Farah

 

À chaque fois que j'aborde le problème des importations massives, anarchiques, souvent superflues et fortement préjudiciables à l'économie nationale, il s'en trouve qui me répondent : «Mais nous ne pouvons pas empêcher les marchandises de rentrer. Nous sommes liés par des accords ; nous devons ouvrir davantage nos frontières pour pouvoir adhérer à l'OMC» et j'en passe...

 

Pourtant, lorsque l'Europe et les Etats-Unis se sont sentis «menacés» par l'importation généralisée du textile chinois, des mesures protectionnistes ont été prises sans que personne crie au scandale ! D'autres pays émergents, comme l'Inde, interdisent parfois l'entrée de marchandises qui mettent leur propre production en danger !

 

Pourquoi pas nous ? Pourquoi ces biscuits et ces spaghettis tunisiens ? Ces jus émiratis ? Ces limonades turques et libanaises ? Sans parler des eaux minérales, du vin à deux sous provenant de France ? Ou encore de bière, un produit pourtant fabriqué en Algérie par millions d'hectolitres ? S'agit-il de produits «stratégiques » ? Alors me vient une question absolument essentielle : sommes-nous libres ? Cette interrogation pose un véritable problème et pas seulement sur le plan économique. Sommes-nous libres politiquement ? Lorsque le président Sarkozy avait «convoqué» des présidents méditerranéens pour un conclave de pur style folklorique, un 14 juillet de surcroît, nous avions évoqué cet aspect fondamental des relations Nord- Sud qui ne veulent pas se débarrasser de leur caractère colonial même si le discours est enrobé de bonnes intentions. Nous avions stigmatisé l'UPM, cette nouvelle organisation verticale dont le but était d'étouffer davantage nos économies en les soumettant à l'hégémonie du grand capital international : seul l'intérêt des multinationales primerait. Nos pays sont vus comme d'immenses réceptacles des marchandises produites en dehors de nos frontières. Les industries puissantes n'étaient pas pour nous. On nous conseillait de nous occuper d'agriculture et de tourisme. Ah, l'agriculture et le tourisme ! Franchement, n'est-ce pas revenir à l'époque coloniale ?

 

L'Algérie était un pays agricole qui exportait une variété de produits de bonne qualité vers la métropole. Le tourisme n'existait pas encore sous forme d'industrie moderne. Quant aux matières premières dont regorge notre sous-sol, elles étaient également acheminées vers les grands centres de l'industrie française. On nous proposait, ni plus, ni moins, de revenir à cette conception dépassée et contraire aux intérêts nationaux. Il n'y a pas que les néocoloniaux qui nous conseillent d'abandonner la voie industrielle ; beaucoup de théoriciens algériens recommandent de privilégier l'agriculture et de laisser tomber l'activité secondaire en s'appuyant sur les supposés déboires de l'expérience algérienne des années 1970 !

 

Pourtant, c'est cette expérience unique en Afrique, cette courte parenthèse où le génie algérien a pu briller et exceller dans divers domaines, qui fait encore notre fierté. Oui, l'industrie industrialisante n'était pas une fantaisie, un caprice révolutionnaire ruineux, comme l'affirment certains. Avec très peu de moyens comparativement à la situation financière présente, l'Algérie a pu développer des industries sidérurgiques, mécaniques, pétrochimiques, chimiques, textiles, agroalimentaires, du cuir, etc. qui ont permis de répondre aux besoins des secteurs- clés et d'offrir des centaines de milliers de postes de travail, tout en propulsant la société algérienne dans la modernité.

 

Lors de la récente «inauguration » d'une usine — qui existait déjà — et qui produit désormais des tracteurs Massey Ferguson, personne, ni dans la grande presse, ni dans les discours officiels, n'a rappelé que cette unité était le pur produit de l'industrie de Boumediene- Abdesselam et qu'elle a fabriqué, durant plus de trente années, ces beaux «Cirta», tracteurs très demandés par nos agriculteurs ! Rares ont été ceux qui avaient signalé que les moteurs destinés aux nouveaux tracteurs sont de pure fabrication algérienne et que leur production date de la même époque. Un exemple parmi d'autres, qui devrait inciter les responsables actuels à revenir à la conception des années 1970 et à cesser d'autoriser l'exportation de nos matières premières qui devraient nécessairement être transformées ici même.

 

Tant que nous n'aurons pas mis en place un plan audacieux de remise en marche de ce formidable potentiel industriel, tant que nous n'aurons pas compris que la terre ne déménagera pas et que son tour viendra quand nous aurons bien assis une bonne organisation foncière et mis la production planifiée à la tête de nos préoccupations, tant que nous n'aurons pas compris que le tourisme ne peut être une primauté dans un pays du tiers-monde sérieux (où en sont l'Égypte et la Tunisie ?), l'importation aura de beaux jours devant elle. Pourtant, tous les indicateurs sont au vert pour reprendre cette politique massive, hardie d'industrialisation sans laquelle il n'y aura pas d'économie prospère en Algérie. Nous avons les premières matières en quantité et en qualité : l'uranium, l'or, la bauxite, le manganèse, le zinc, le plomb, le cuivre, le fer, le phosphate, le molybdène, la magnétite, la barytine, le wolfram, l'étain... Toutes ces richesses sont livrées à des sociétés privées qui n'ont aucune politique de transformation in situ et qui les exportent vers les industries étrangères ! Nous avons une main-d'œuvre qui peut être formée en peu de temps. Nous avons l'argent qui dort dans les coffres des banques étrangères. Nous avons une énergie parmi les moins coûteuses au monde.

 

Alors, vient à l'esprit une question qui nous taraude depuis que le couple Khelil-Temmar s'est chargé d'abattre les derniers pans de notre industrie : qui a intérêt à abandonner toutes ces richesses et à privilégier leur exportation ? Et qui a intérêt à importer davantage de produits manufacturés, souvent du bric-à-brac de qualité douteuse provenant d'Asie ? Quand nous comprendrons que la priorité n'est pas d'exporter à tout prix mais d'abord de répondre aux immenses besoins de notre population par nos propres moyens, nous aurons fait le premier pas pour nous dégager des flots sablonneux qui retiennent encore le navire Algérie dans les eaux glauques de l'ultralibéralisme. Deux solutions s'offrent à nous : repartir vers le large et naviguer vers la liberté et le progrès ou nous fracasser contre les rochers.

 

Maamar Farah, 3 janvier 2013. Le Soir d’Algérie

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article