Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

La pauvreté a gagné du terrain aux Etats-Unis en 2010

DR

 

 

 

Si l’économie va mieux, alors pourquoi est-ce que la pauvreté en Amérique continue à croître si rapidement? Oui, le marché boursier est au plus haut historiquement , mais le nombre d’Américains vivant dans la pauvreté a atteint un niveau jamais vu depuis les années 1960. Oui, les bénéfices des entreprises ont atteint des niveaux records, mais le nombre d’Américains bénéficiant de bons alimentaires également. Oui, les prix des logements ont commencé à se redresser un peu (surtout dans les zones riches), mais il y a aussi plus d’un million d’élèves des écoles publiques qui sont sans abri, et ce pour la première fois dans l’histoire américaine.

 

Pouvons-nous donc mesurer nos progrès économiques à l’aulne de la bulle boursière gonflée par Ben Bernanke et sa téméraire impression de billetst , ou devons-nous mesurer nos progrès économiques par la façon dont les pauvres et la classe moyenne vivent? Parce que si on regarde la façon dont les Américains moyens vivent de nos jours, il n’y a pas grand-chose d’excitant.

 

En fait, la pauvreté connaît une croissance explosive aux Etats-Unis et la classe moyenne continue à se rétrécir. Malheureusement, la vérité est que les choses ne s’améliorent pas pour la plupart des Américains. Avec chaque année qui passe, le niveau de souffrance économique continue à monter, et nous n’avons même pas encore atteint la prochaine vague majeure de l’effondrement économique.

 

Ce qui suit sont les 21 chiffres explosifs sur la croissance de la pauvreté en Amérique que chacun devrait connaître …

 

1 - Selon le Bureau américain du recensement, environ une personne sur six vit maintenant dans la pauvreté. Le nombre d’Américains vivant dans la pauvreté est maintenant à un niveau jamais vu depuis les années 1960.

2 - Lorsque vous ajoutez le nombre d’Américains à faible revenu, c’ est encore plus inquiétant. Selon le Bureau américain du recensement, plus de 146 millions d’Américains sont «pauvres» ou à «faible revenu».

3 - Aujourd’hui, environ 20 pour cent de tous les enfants aux Etats-Unis vivent dans la pauvreté. Incroyable, un pourcentage plus élevé d’enfants vit dans la pauvreté en Amérique aujourd’hui qu’ en 1975.

4 - Environ 57 pour cent de tous les enfants aux Etats-Unis vivent actuellement dans des foyers »pauvres » ou à «faible revenu».

5 - La pauvreté est encore pire dans les centres-villes. Actuellement, 29,2 pour cent des ménages afro-américains ayant des enfants souffrent d’insécurité alimentaire.

6 - Selon un rapport publié récemment, 60 pour cent des enfants de Detroit vivent dans la pauvreté.

7 - Le nombre d’enfants vivant avec 2,00 $ ou moins par jour aux États-Unis atteint les 2,8 millions . Ce nombre a augmenté de 130 pour cent depuis 1996.

8 - Pour la première fois, plus d’un million d’élèves des écoles publiques sont sans abri. Ce nombre a augmenté de 57 pour cent depuis l’année scolaire 2006-2007.

9 - Le nombre de sans-abri dans la région de Washington DC (l’une des régions les plus riches de tout le pays) a augmenté de 23 pour cent depuis la dernière crise.

10 - Une étude universitaire estime que la pauvreté des enfants coûte à l’économie américaine 500 milliards de dollars chaque année.

11 - À ce stade, environ un enfant sur trois vit dans un foyer sans père.

12 - Les familles qui ont un chef de ménage âgé de moins de 30 ans ont un taux de pauvreté de 37 pour cent .

13 - Aujourd’hui, environ 20,2 millions d’Américains consacrent plus de la moitié de leur revenu au logement. Cela représente une augmentation de 46% par rapport à 2001.

14 - Environ 40 pour cent de tous les chômeurs en Amérique ont été sans emploi pendant au moins une demi-année .

15 - Un salarié sur quatre perçoit 10 $ de l’heure ou moins.

16 - Il y a eu une explosion du nombre de «travailleurs pauvres» ces dernières années. Aujourd’hui, environ un salarié sur quatre perçoit un salaire au niveau ou en dessous du seuil de pauvreté.

17 - plus de 100 millions d’Américains sont inscrits à au moins un programme social géré par le gouvernement fédéral. Et ce chiffre n’inclut même pas la sécurité sociale ou l’assurance-maladie.

18 - Record de tous les temps 47,79 millions d’Américains reçoivent des bons alimentaires. Lorsque Barack Obama a accédé au pouvoir, ce nombre était d’environ 32 millions.

19 - Le nombre d’Américains recevant des bons alimentaires dépasse ainsi toute la population de l’Espagne .

20 - Selon certains calculs , le nombre d’Américains bénéficiant de bons d’alimentation dépasse maintenant les populations combinées de « Alaska, Arkansas, Connecticut, Delaware, District de Columbia, à Hawaii, Idaho, Iowa, Kansas, Maine, Mississippi, Montana, Nebraska, Nevada , New Hampshire, Nouveau-Mexique, Dakota du Nord, Oklahoma, Oregon, Rhode Island, South Dakota, Utah, Vermont, Virginie-Occidentale, et Wyoming. »

21 -Dans les années 70, environ un Américain sur 50 recevait des coupons alimentaires. Aujourd’hui, près d’un Américain sur six en dépend. Encore plus choquant est le fait que plus d’un enfant sur quatre est inscrit dans le programme de bons alimentaires.

 

Malheureusement, tous ces problèmes sont le résultat de notre long déclin économique. Dans un article récent du New York Times, David Stockman , l’ancien directeur de l’Office of Management and Budget sous la présidence de Ronald Reagan, a fait un travail brillant en décrivant la façon dont les choses ont dégénéré au cours de la dernière décennie …

 

Ces deux dernières années, l’économie américaine a connu une bulle de faux espoir produite par une augmentation sans précédent de la dette publique et par l’impression d’argent sans précédent par la Réserve fédérale.

 

Malheureusement, cette bulle de faux espoirs ne va pas durer beaucoup longtemps. En fait, nous voyons déjà des signes qu’elle est prête à éclater.

 

Par exemple, les demandes de prestations de chômage ont atteint les 385 000 rien que dernière semaine de mars. Ce qui est dangereusement proche du « niveau limite » de 400.000, signe d’une crise profonde.

 

Dans les années à venir, il va devenir de plus en plus difficile de trouver un emploi. Une récente une publicité pour une offre d’emploi dans un restaurant McDonald dans le Massachusetts exigeait « une expérience un à deux ans et d’un baccalauréat ».

 

Si on a besoin d’un baccalauréat pour un emploi chez McDonald, alors que vont devenir les cols bleus lorsque la concurrence pour les emplois va s’intensifier lors d’une autre crise majeure?

 

Il ne faut pas se laisser berner par le fait que le Dow Jones ait connu de nouveaux plus hauts historiques. La vérité est que nous sommes au milieu d’un déclin économique à long terme, et que les choses vont devenir bien pire.

 

Source: SHTFplan.com

 

A lire pour une autre vision des chosesfondée sur le PIB, les indices boursiers, la santé des banques,… : « America is back » : la reprise américaine, c’est du solide, Le Nouvel Économiste le 03/04/2013. Extrait:

‘“Une crise de surendettement est par nature longue et douloureuse à résorber. Celle-ci a concerné au premier chef les ménages américains”, explique Philippe d’Arvissenet, directeur des études économiques à BNP-Paribas. Mais le travail est désormais fait en grande partie. “Les banques américaines sont recapitalisées et ont assaini leurs bilans. Le coût de la crise immobilière a été mutualisé par la quasi-nationalisation des agences hypothécaires et donc, in fine, payé par l’Etat américain ».

 

Les ménages ont en partie “restructuré” leur bilan, notamment en faisant défaut sur leur dette hypothécaire”, explique Christian Parisot, économiste en chef à la société de Bourse Aurel BCG. Plus qu’un symbole : le marché immobilier a amorcé son redressement après des années de purge. En 2012, les prix ont augmenté de près de 10 % dans les douze principales villes du pays. Le sentiment d’appauvrissement qui avait miné le moral des Américains s’éloigne. »

 

Magnifique…On appelle ça « des Mondes parallèles

 

Lien : blogapares.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article