Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

En conclusion de son Hommage à El Hadi Khediri, Bader-Eddine Nouioua écrit dans El Watan :

« L’hommage qu’on lui rend s’adresse, en fait, à tous ceux et à toutes celles qui sont vivants ou qui nous ont quittés avec le sentiment d’amertume pour n’avoir pas réussi à réaliser toutes les grandes ambitions qu’ils nourrissaient pour l’Algérie, mais avec la certitude que le peuple, qui a déclenché et mené à bien la grande Révolution de Novembre, finira par avoir le sursaut qui lui permettra de redresser la situation et de mettre le pays sur la bonne voie : celle du progrès et de la prospérité. Il reste que son décès est une grande perte pour les membres de sa famille, ses amis et tous ceux qui l’ont connu et estimé ».

 

Le 4 décembre 2012 à 16h58, El Watan avait enregistré les commenaires suivants :

 

 

chiricahua le 03.12.12 | 11h11

Apologie servile

Etudiant à Aix-en-Provence, il a gagné Tunis en 1961. Il a été simple tâcheron du GPRA pendant quelques mois. Le tribalisme a fait le reste et continue à le faire. Petit rappel : sous son magistère de flic ... la suite

Etudiant à Aix-en-Provence, il a gagné Tunis en 1961. Il a été simple tâcheron du GPRA pendant quelques mois. Le tribalisme a fait le reste et continue à le faire. Petit rappel : sous son magistère de flic sans états d'âme, un réalisateur de la RTA a été arrêté et torturé pendant onze jours dans les locaux du commissariat central d'Alger, et ce pour détention de tracts du Pags. Il a fallu un mouvement d'opinion international pour le faire libérer. Ces apologies de fils de douar sont révoltantes. Un peu de dignité !

 

MAK le 02.12.12 | 20h00

mak

et aussi l'homme qui savait parler aux avions

 

maruicep le 02.12.12 | 16h04

badreddine

nououia cousin de mokdad sifi, lui-même tonton materle de feu Khediri; donc ça se passe en famille! khédiri était un flic qui a bien servi les gens de son village natal el aouinet dont est comme de juste ... la suite

nououia cousin de mokdad sifi, lui-même tonton materle de feu Khediri; donc ça se passe en famille! khédiri était un flic qui a bien servi les gens de son village natal el aouinet dont est comme de juste orginaire aussi un chef d"tat major de l'anp ex cabran dans les forces armées coloniales, et ex GMPR groupe mobile de protection rurale. Attention el bazga enfedaht. Comme on dit chacun renvoye l'ascenseur au membre de sa tribu et l'algérie paye la facture; nououia n'a pas été foutu de régler le problème de la dette extérieure algérienne quand il était gouverneur de la banque d"algérie avec l'appui de son parent khediri et maintenant il nous donne des leàons d'économie et il ose publier sous son nom la panégyrique de son cousin: pas sérieux de ta part baddredine!

 

nououia cousin de mokdad sifi, lui-même tonton materle de feu Khediri; donc ça se passe en famille! khédiri était un flic qui a bien servi les gens de son village natal el aouinet dont est comme de juste orginaire aussi un chef d"tat major de l'anp ex cabran dans les forces armées coloniales, et ex GMPR groupe mobile de protection rurale. Attention el bazga enfedaht. Comme on dit chacun renvoye l'ascenseur au membre de sa tribu et l'algérie paye la facture; nououia n'a pas été foutu de régler le problème de la dette extérieure algérienne quand il était gouverneur de la banque d"algérie avec l'appui de son parent khediri et maintenant il nous donne des leàons d'économie et il ose publier sous son nom la panégyrique de son cousin: pas sérieux de ta part baddredine!

aminelicia le 02.12.12 | 12h47

Les faux lauriers.

Pourquoi ne rendez-vous pas plutôt hommage aux milliers de moudjahidine morts dans les djebels de 1954 à 1962, à la fleur de l'âge, dans l'anonymat le plus complet, au lieu de dresser des statues à des ... la suite

Pourquoi ne rendez-vous pas plutôt hommage aux milliers de moudjahidine morts dans les djebels de 1954 à 1962, à la fleur de l'âge, dans l'anonymat le plus complet, au lieu de dresser des statues à des gens qui ont profité du système jusqu'à la corde ? Dans mon douar, alors que je n'avais que quinze ans, j'ai connu des chefs de djounoud qui ont utilisé jusqu'à leur dernière cartouche, dans un combat inégal avec les blindés français. Ensuite, leurs corps ont été promenés et exposés dans les places publiques, pour faire peur à la population. Ceux-là, ce sont les vrais héros dont personne n'en parle, mais qui ont permis à ceux qui ont gouverné ou gouvernent l'Algérie, de recueillir de faux lauriers.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article