Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

N’en jetez plus, la corbeille est pleine. Trois nouveaux partis politiques, remplissant les conditions légales, ont été agréés, a indiqué hier le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales dans un communiqué repris par l'Aps : le Parti de l'équité et de la proclamation (PEP), le Front de la bonne gouvernance (FBG) et le Parti Ennour El Djazaïri (PED).

 « Aucune nouvelle entité politique ne se verra délivrer le fameux sésame d’ici la tenue des élections législatives du 10 mai prochain », selon le ministre Ould kablia (Le Soir d’Algérie, 22/3).

 

Au lendemain de votre élection comme nouveau président du RCD, des rumeurs ont circulé sur un possible repositionnement du RCD sur les prochaines élections. Qu’en est-il exactement ? A cette question, Mohsine Belabbas, le nouveau dirigeant du RCD, répond dans Liberté ce matin :

 

« Vous avez raison de dire rumeurs. La décision du boycott des législatives du 10 mai a été prise par un conseil national extraordinaire, instance souveraine de notre parti. Elle a été appuyée par le conseil national ordinaire du 10 février. Cela fait 8 ans que le RCD revendique une observation internationale massive et qualifiée des élections. Dans un premier temps, l’Union européenne avait pris l’engagement de ne pas se laisser impliquer dans le scrutin sans un assainissement crédible du fichier électoral. Les intérêts bilatéraux, notamment de l’Espagne et de l’Italie, en grandes difficultés financières, semblent avoir contribué à un compromis où l’UE renonce à la phase préparatoire pour ne s’engager que dans l’observation. Or, la manipulation est faite en amont. Et puis, un pouvoir qui veut sortir des pratiques frauduleuses ne fait pas passer au Parlement une batterie de lois liberticides quatre mois avant les élections. Cela donne une situation un peu grotesque où le seul parti qui demande la surveillance internationale sera absent de l’élection. L’UE va surveiller des fraudeurs.
J’entends des commentateurs relever que le RCD, ayant accepté de participer dans les scrutins précédents, ne devrait pas boycotter. Quand il fallait assumer la contestation à l’APN dans un contexte national et régional figé, nous l’avons fait. Mais, s’engager dans une supercherie électorale au moment où le peuple algérien se bat quotidiennement dans la rue, au moment où les autres pays brisent le carcan des dictatures relève non pas de l’erreur mais, au minimum de la faute politique pour ne pas dire de la trahison nationale.
Alors vous savez, les manipulations et autres tentatives de déstabilisation des services spéciaux ne nous atteignent pas, bien au contraire. Ceux qui parient sur un infléchissement dans nos positions seront vite déçus ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article