Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 A Tizi-Ouzou, le FFS va sur le terrain. Il a prévu près de 60 sorties meetings et rencontres-débats. Deux grands meetings sont aussi prévus au stade Oukil-Ramdhane de Tizi Ouzou, le 21 avril et le 6 mai. Rachid Hallet, tête de liste FFS à Tizi Ouzou, semble confiant : «Pour peu que notre parti réussisse à convaincre les citoyens de la nécessité et du bien fondé de sa décision de participer aux élections, la participation sera significative, voire massive». Rachid Hallet, un des acteurs des évènements du Printemps berbère 1980, rappellera que la wilaya de Tizi Ouzou «a connu à maintes reprises des mouvements d'auto-organisation populaire qui sont inscrits en lettres d'or dans l'histoire de notre pays». Il indique que « la campagne électorale du FFS, est placé sous le signe du combat pour la citoyenneté et pour la démocratie». Il met en relief le contexte particulier, national, et international : «Le grand jeu continue. Des stratégies de puissances sont à l’œuvre pour redessiner les frontières et les pays, notamment dans le Monde arabe et le Maghreb ».

 

 

Louiza Hanoune à Temcen : « Notre parti milite pour l’institution de la deuxième République avec l’entrée en fonction de la nouvelle Assemblée nationale à qui incombera la lourde tâche de proposer une nouvelle Constitution qui sera l’occasion d’une rupture totale avec l’ancien système de gouvernance”. La secrétaire générale du PT a développé les thèmes de campagne de son parti : justice sociale, relance économique, droits des travailleurs à l’accès au logement, la santé, la retraite, création de postes de travail pour les chômeurs, indépendance de la justice, récupération des richesses nationales, institution d’un régime parlementaire.

 

 

« L’Algérie doit entreprendre une refondation radicale sur les volets social, économique et politique” a déclaré hier Hocine Zahouane de la Ligue de défense des droits de l’homme. “L’Afrique et le monde arabe sont au centre d’un redécoupage de la planète”, analyse-t-il, Il y a un climat d’instabilité dans la région depuis la chute de certains régimes arabes. Cette situation est due aux carences du tissu social et sa difficulté à se reconstruire”.

 

 

Des panneaux d'affichage quasiment vides dans la capitale. Les Algérois ont découvert hier matin, au premier jour de cette campagne, des panneaux d'affichage presque vierges, à l'exception de ceux du FLN avec ses 37 candidats. Et à Oran où, hier, seul le Front de l’Algérie nouvelle (FAN) avait pris l’initiative d’apposer sur les panneaux ses affiches électorales sur les espaces qui lui sont réservés.

 

 

Le MJIC qui lutte pour le boycott compte saisir la justice, en raison de l’agression physique par un policier contre un de ses militants. Dans un communiqué rendu public, hier, ils indiquent en outre que «des dizaines de sympathisants et d’anonymes furent intimidés et dissuadés par la méthode musclée et indigne employée par les forces de sécurité».

 

 

Dans son analyse intitulée « 3 semaines pour convaincre, tâche difficile », Kharroubi Habib rend compte dans le Quotidien d’Oran de la difficulté pour les partis en compétition de remonter le courant du désintérêt. Il conclut : « Ce n'est pas par ailleurs en interdisant de campagne les partisans du boycott électoral que les autorités vont parvenir à faire aller les électeurs aux urnes. Un pareil arbitraire ne fera au contraire que justifier aux yeux de beaucoup qu'il n'y a rien de changé dans la pratique électorale algérienne et donc qu'il y a inutilité à voter le 10 mai. »

 

 

Propagande abusive. Le ministre-candidat Amar Ghoul, figure de proue des Verts a bien calculé pour fixer la date d’inauguration du tronçon de l’autoroute Est-Ouest reliant Lakhdaria à Larbaâtache sur 37 km. Inauguration médiatisée par l’agence APS. Pourtant le chef de l’Etat avait affirmé : « Tout responsable, membre du gouvernement, haut fonctionnaire ou cadre dirigeant d’entreprise publique qui se porterait candidat aux prochaines législatives doit s’abstenir de toute utilisation des moyens de l’Etat pour sa campagne électorale et s’interdire toute visite de travail dans la wilaya où il se présente».  El Watan s’inquiète de l’utilisation des moyens de l’Etat au service de la campagne des partis de l’alliance présidentielle.

 

 

Les familles de disparus interpellent les candidats à la députation. Quelques dizaines de parents de disparus ont observé, hier, un sit-in au niveau du jardin situé en face de la Grande Poste à Alger. Les associations SOS-disparus et le Collectif des familles de disparus (CFDA) appellent les candidats à se pencher sur «disparitions forcées» durant la décennie noire, dont elles ont recensés 8000 cas.

 

 

 

Les conducteurs de train de l'Ouest sont en grève pour exiger la satisfaction de leurs revendications restées sans réponse depuis la grève de mars 2011.  Ils projettent dese déplacer, aujourd'hui, à Alger. Ils exigent notamment le départ de l'actuel directeur du matériel, estimant que  les conducteurs du centre et de l'est exercent leur métier dans de meilleures conditions.


 

La grève des fonctionnaires de la Justice, se poursuit. Face au silence du gouvernement, les grévistes ont décidé de poursuivre cette grève pour 5 jours, avec des rassemblements quotidiens devant les cours et les tribunaux. La fédération nationale des fonctionnaires de la justice, affiliée au Snapap, avertit : “toute mesure prise à l’encontre des grévistes ne fera qu’envenimer davantage la situation et pousserait au durcissement du mouvement qui n’arrange pas l’intérêt général.”

 

Les directeurs des établissements du secondaire, affiliés à l’Unpef, se préparent à boycotter l’épreuve du baccalauréat et toutes les activités pédagogiques, éducatives et financières. Ces directeurs de lycées réclament un nouveau statut, se considérant comme les laissés-pour-compte.

 

Synthèse blog, 16 avril 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article