Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Il semblerait que la protesta est en train de s'inscrire dans la durée dans la wilaya d'El Tarf avec le risque patent d'un embrasement total.

En effet, la commune d'Aïn El Karma, située à 22 kilomètres du chef-lieu de wilaya, El Tarf, a connu hier, des échauffourées d'une rare violence entre les forces antiémeute de la Gendarmerie nationale et la population locale en furie.

Pour disperser la foule et libérer les routes barricadées par des troncs d'arbres, des blocs de pierres et autres objets hétéroclites, les gendarmes ont chargé et usé de bombes lacrymogènes et de matraques. Les altercations ont fait, parmi les protestataires, 7 blessés et 10 personnes ont été arrêtées, vers 13h de l'après-midi. Les arrestations ont poussé les protestataires à redoubler de violence tout en menaçant de tout faire brûler dans la commune si les 10 personnes ne seraient pas libérées dans la même journée. Cette menace a été prise au sérieux par les responsables locaux qui ont dû élargir les émeutiers, deux heures après.

Il faut savoir que les protestataires ont, depuis deux jours, fermé toutes les issues menant à la commune et particulièrement la RN82 ainsi que son siège. Ils revendiquent la présence du wali pour lui faire part directement de leurs doléances qui ont trait entre autres à bénéficier de l'aide de l'habitat rural, l'emploi, le logement et le problème des augmentations des tarifs des transports.

Par ailleurs, de l'autre côté de la wilaya, la population de la localité de Ben Amar a fermé, pour la deuxième journée consécutive, la RN44 pour réclamer une prise en charge effective en matière de logements et de compensations financières pour les dégâts occasionnés à leurs habitations lors des dernières inondations. De violents affrontements se sont produits entre les gendarmes et la population. Jusqu'à 16 heures, hier, on compte 10 arrestations parmi les émeutiers. La situation est très tendue et n'augure rien de bon.

Au niveau du chef-lieu de wilaya, ce sont 25 familles de la localité Zourami 3 de la commune de Chebaïta- Mokhtar qui ont assiégé la direction de l'agence foncière pour réclamer l'obtention des actes de propriété avec le prise en compte et comme référence, l'ancien prix du mètre carré à savoir 260 DA, alors que l'agence en question réclame un prix de 1 300 DA le mètre carré. En somme, la situation dans toute la wilaya est précaire.

 

Daoud Allam, 14 mars 2012. Le Soir d’Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article