Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

« Une des grandes surprises du premier tour ». C’est ainsi que le correspondant du journal le Monde commente le score du candidat progressiste Hamdine Sabbahi. Avec 4,7 millions de voix et 23,5%, ce Nassérien de gauche effectue « une percée inattendue » selon Cyrille Louis dans le Figaro.

 

Il s’était présenté aux élections comme le «candidat des pauvres» en affirmant être « le seul véritable défenseur des acquis de la révolution ».

 

 « Hamdi Sabahi, qui arrive troisième et a même menacé un temps la deuxième place d'Ahmed Chafik, écrit Christophe Ayad dans le Monde. Issu de la gauche nassérienne, cet opposant historique inconnu du grand public il y a un an est arrivé en tête dans les grandes villes, qui ont été en pointe durant la révolution, au Caire et à Alexandrie. Il mène également dans les villes industrielles de Suez, à Port-Saïd, à Mehalla Al-Kobra, Damanhour ».

 

Salem Ferdi, écrit dans le Quotidien d’Oran : « Le fait que le nassérien de gauche Hamdine Sabbahi se classe en troisième position avec 20% des suffrages ne change pas la donne du second tour, mais cela constitue un vrai évènement politique. Il montre que la société égyptienne est beaucoup plus plurielle que ne le suggère la bipolarisation entre les islamistes et les tenants du régime. Le résultat inattendu de Hamdine Sabbahi, aussi agréable soit-il, a été insuffisant pour sortir de la bipolarisation qui oppose – et c'est ainsi symbolique – un ancien général et un barbu ! Ce sont bien des candidatures « d'ordre » dont la finalité est de tourner la page de la révolution au nom d'une réponse à une demande, il est vrai, de stabilité. Sans compter qu'en termes de vision sur l'économie, rien ne différencie sérieusement les deux candidats.

 

 

Synthèse blog, 26 mai 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article