Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Article de Saoudi Abdelaziz publié sur le blog le 24 juin 2011

 

 

Les interventions de Mohamed Chafik Mesbah, officier supérieur de la DRS, devenu expert médiatique en questions militaires, sont fréquentes dans la presse algérienne.

 

 

 

Il dispose notamment d’un créneau permanent dans le quotidien Le Soir d'Algérie, où il publie régulièrement ses longues contributions. Une dizaine de milliers de mots pour la dernière, publiée les 22 et 23 juin.

 

 

Les analyses et considérations développées ne peuvent évidemment pas être discutées. Il faut être alimenté en munitions et être soi-même un expert pour s’y aventurer. Tout expert sert son maître, car chacune des anciennes possibilités d’indépendance a été à peu près réduite à rien dans les conditions d’organisation de la société présente ». Les volumineux -et toujours envoûtants, car c'est leur fonction d'envoûter- exposés d’experts sont parsemés de messages.

 

On en a tiré cinq bonnes phrases (200 mots), à propos du rôle de la DRS.

 

 

1-« Cela conduit à imaginer que, par rapport à la conjoncture politique prévalant en Algérie, les services de renseignement algériens ne sont plus en mesure d’entraver un puissant mouvement social déterminé à mettre à bas le système. (…)

 

2-« Faut-il faire du démantèlement des services de renseignement algériens un préalable à la mise en œuvre d’un processus de transition démocratique ? (…)

 

3-« Pour l’heure présente, il ne sert à rien d’ergoter sur l’influence jugée excessive du DRS sur la vie politique nationale. (…)

 

4-« Il faut faire le pari que la plupart des cadres des services de renseignement, tant décriés, finiront par se ranger au choix du système démocratique dès lors que la situation aura atteint le stade de mûrissement requis (…).

 

5-« Seul un véritable processus de transition démocratique, néanmoins, pourra entraîner le repositionnement institutionnel des services de renseignement, conformément aux canons du système démocratique, avec le recadrage de leur mission autour d’impératifs liés à la sécurité nationale, exclusivement. Cette reconversion ne saurait intervenir juste à la faveur de sautes d’humeur de responsables officiels, puissants pour le moment ou de vœux pieux, candidement évoqués par des leaders de l’opposition, eux-mêmes sans prise sur les réalités.(…)

 

http://www.lesoirdalgerie.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article