Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Rassemblement des grévistes devant l’usine, en présence de nombreux habitants de Draa-Ben-Khedda et de représentants des partis FFS, PT et FLN. La presse a largement couvert l’évènement.

 

 

Les travailleurs toujours déterminés

La grève à la laiterie de Draa-Ben-Khedda boucle son 3e mois  



Les travailleurs de la laiterie de Draâ Ben Khedda, à l'est de Tizi Ouzou, maintiennent la pression au 92e jour de grève. Depuis le 26 décembre 2011, date de l'intervention de la force publique pour l'ouverture de l'unité de production, une action qui a tourné à l'émeute, les choses n'ont pas bougé.

Hier, pour exprimer leur détermination, tous les employés étaient au rendez-vous pour un rassemblement devant la laiterie, à l'appel du collectif des travailleurs.

Des partis politiques à l'instar du FFS, du PT et du FLN ont tenu aussi à marquer leur présence pour soutenir les grévistes dans leurs revendications.

«Commission d'enquête ! Commission d'enquête», ont scandé sans cesse les travailleurs. Prenant la parole, le président du comité syndical Saïd Meziane, tout en dénonçant la détérioration des conditions socioprofessionnelles des travailleurs, dira que
«ce n'est pas à cause des salaires que nous nous sommes révoltés, mais pour le non-respect du cahier des charges depuis l'arrivée» du repreneur privé».

C'est pourquoi, dit-il, «l'ex-Onalait est le bien des citoyens, et nous somme convaincus que son extension peut générer des centaines de postes d'emploi, ce que le propriétaire n'a nullement fait depuis son arrivée. Alors que le cahier des charges stipulait la création de 150 postes en plus des 339 existants, aujourd'hui nous sommes 370 travailleurs». Des dizaines de citoyens sont venus hier des localités voisines pour apporter leur soutien aux travailleurs.

«Moi citoyen de DBK, je dirai aux grévistes que vous n'êtes pas seuls ; quitte à partager mon salaire avec vous, ne lâchez pas votre combat», clame un citoyen applaudi.  En effet, plusieurs de ceux que nous avons approchés ont confirmé que la qualité du lait s'est détériorée. «Des problèmes de santé peuvent surgir dans l'avenir, surtout pour les petits enfants», disent-ils.


FFS, FLN et PT : soutien ou précampagne ?

 

Pour Djelloul Djoudi, représentant du Parti des travailleurs (PT), «la reprise par l'Etat des entreprises n'est pas une revendication propre aux travailleurs de DBK. A M'sila, à Annaba, à Biskra, des travailleurs réclament aussi la renationalisation d'entreprises».

«Le PT a envoyé le dossier de la laiterie aux ministères de l'Agriculture, des Finances et de l'Industrie, mais aussi aux bureaux du Premier ministre et du président de la République. Plusieurs ministres ont exprimé leur soutien à la revendication de renationalisation. Il ne manque que la volonté politique», a déclaré

M. Djoudi. De son côté, Farid Bouaziz, secrétaire fédéral du Front des forces socialiste (FFS) à Tizi Ouzou, ne mâchera pas ses mots contre le pouvoir en place l'accusant de «continuer à brader les richesses du peuple algérien». Selon lui, «tout ce qui se passe en Kabylie n'est qu'une volonté d'isoler la région sur le plan économique». Il rappellera par ailleurs que le FFS soutiendra toujours les travailleurs dans le but d'arracher leurs droits les plus légitimes contre la mafia économique.

Pour sa part, le représentant du Front de libération nationale (FLN) Saïd Lekhdari, en sa qualité de mouhafedh de la wilaya de Tizi Ouzou, posera la question de savoir si les travailleurs sont prêts à poursuivre leur grève en attendant l'envoi d'une commission d'enquête IGF.

Il sera sifflé et chahuté avant même de terminer sa phrase. Le député de FLN aurait souhaité trouver un écho chez les travailleurs pour que ces derniers rejoignent leurs postes. Mais cela sans compter sur leur détermination. «Non ! Non ! Et Non», ont-ils répondu.

C'est dire que les représentants des trois formations politiques ont tous tenu un discours de soutien malgré les divergences de vision.

 

Aïssa Moussi, 8 janvier. Le Temps d’Algérie

 

 

 

 

Laiterie de Draa Ben Khedda: Les travailleurs campent sur leur position

 

 

Les travailleurs de la laiterie de Draa Ben Khedda, 11 km à l'ouest du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, ont organisé, hier, devant l'entrée de leur usine, un rassemblement auquel des responsables de trois partis politiques, à savoir le Front des forces socialistes (FFS), le Parti des travailleurs (PT) et le Front de libération nationale (FLN), ont été invités à prendre part. L'un des animateurs du collectif des grévistes a pris la parole devant l'assistance pour rappeler la genèse du conflit et, surtout, mettre l'accent sur leurs principales revendications qui se résument essentiellement en la reprise par l'Etat de cette laiterie, cédée à un privé national en 2008, ainsi que l'envoi d'une commission d'enquête sur la gestion de cette même laiterie depuis sa privatisation. Alors que les représentants des trois formations politiques, dont le PT a dépêché Djeloul Djoudi de la direction nationale du parti et les deux responsables locaux pour le FLN et le FFS, en l'occurrence respectivement le mouhafedh et le fédéral, se sont succédé sur la scène érigée devant les travailleurs pour exprimer leur soutien à la cause des grévistes jusqu'à son aboutissement.

Les animateurs du collectif des travailleurs ont lancé de graves accusations à l'adresse du propriétaire de la laiterie lui reprochant des irrégularités dans la gestion des affaires de l'entreprise. Comme ils ont affiché la détermination des travailleurs de poursuivre la grève jusqu'à ce que les pouvoirs publics accèdent à leurs revendications. Nous apprenons dans la foulée que les 39 travailleurs, licenciés par décision de justice suite à une plainte du propriétaire de l'usine, comparaîtront jeudi prochain en appel devant la cour de Tizi Ouzou suite au pourvoi qu'ils ont introduit en cassation du verdict rendu par la première instance, en novembre dernier.

Rappelons que la laiterie de Draa Ben Khedda est paralysée par la grève de plus de 300 travailleurs, depuis le 09 octobre dernier, pour réclamer sa renationalisation par l'Etat. Depuis, ni l'initiative du wali ni de l'Assemblée populaire de wilaya (APW) ou des opérateurs locaux n'ont réussi à dénouer la crise. Et à chacune de ces initiatives, les grévistes campent sur leur position demandant le départ de son propriétaire. Ce dernier se défend contre les accusations des grévistes en apportant des réponses contredisant toutes celles-ci. La force publique était intervenue le 26 décembre dernier dans une tentative de rouvrir la laiterie dont l'entrée est bloquée par les grévistes, en application d'une décision de justice rendue à la défaveur des travailleurs, mais le lendemain, les lieux ont été réoccupés sans que la police soit intervenue.

Naït Ali H. 8 janvier 2012. Le Quotidien d’Oran

 

Rassemblement des travailleurs de la laiterie de Draâ Ben Khedda

 

Plus de deux cents travailleurs de la laiterie de Draâ Ben Khedda se sont rassemblés dans la matinée de ce samedi 7 janvier devant le portail de leur unité pour réitérer l’exigence de la constitution d’une commission d’enquête ainsi que la renationalisation de l’entreprise, acquise par un investisseur en 2008. 

En grève depuis le 9 octobre dernier, les travailleurs contestent la gestion de la laiterie depuis sa privatisation il y a trois ans, réclamant ainsi la reprise par l’Etat de l’unité industrielle qui emploie 339 ouvriers.

Des députés du PT et du FLN, ainsi que des élus FFS à l’APW de Tizi Ouzou étaient présents à ce rassemblement et se sont succédé à la tribune pour exprimer leur soutien aux travailleurs.

Une conférence de presse, prévue initialement au complexe culturel et sportif (CCS) de Draâ Ben Khedda, a été tenue finalement dans un café, à proximité de la laiterie.

Les autorités locales n’ont pas accordé d’autorisation pour la tenue de cette conférence, ont indiqué les représentants du collectif des travailleurs.

Fermée depuis 3mois, l’entreprise est gardée nuit et jour, à tour de rôle, par des groupes d’employés, indiquent les conférenciers qui ont présenté un volumineux dossier où ils remettent en cause la gestion de l’entreprise.

Par ailleurs, les représentants des partis politiques présents à cette action des travailleurs ont assuré ces derniers qu’ils vont constituer des avocats devant défendre le 12 janvier prochain les 39 employés poursuivis en justice par le propriétaire de la Laiterie.

Salah Yermèche, 8 janvier 2012. El Watan

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article