Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Pour les  Américains, la communauté internationale est un concept à géométrie variable. Pas question pour Mme Hillary Clinton de l’appliquer au vote du Conseil exécutif de l’Unesco reconnaissant la Palestine comme membre à part entière de l’Unesco.

Hillary Clinton demande donc à cette organisation internationale, qui rassemble les représentants de tous les états de la planète, de revoir sa copie.

A l’appui de cette injonction lancée depuis Saint-Domingue, elle brandit la menace de suspension de la contribution financière des Etats-Unis à l’Unesco, si cette dernière confirmait le vote du Conseil exécutif, au cours de l’assemblée générale qui se tiendra fin octobre.

Lorsque l’Empire américain perd le contrôle de la décision dans les organisations censées représenter la Communauté internationale, ira-t-il jusqu’à demander la dissolution des organisations récalcitrantes. Coïncidant avec le vote de l’Unesco, le rejet par le Conseil de sécurité de la résolution Otanesque sur la crise syrienne, conduit Mme Clinton à statuer, toujours de Saint-Domingue : «Le Conseil de sécurité a abrogé sa responsabilité hier ». Le Père Ubu avait recommandé il y plus d’un siècle : « Coupez ce qui dépasse ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article