Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 2liste-004.jpg

 

La Chronique du Condjador (75)

 

 

 

 

Les deux listes concurrentes ci-jointes pour les élections municipales du 5 juin 1955 m’ont été confiées par da Messaoud Lakrioui. Il m’a demandé de les publier sur le net. Il m’a expliqué que son père Salah Lakrioui figurait sur la liste des communistes (Union démocratique ouvrière), composées exclusivement de travailleurs qui était opposée  à une deuxième liste composée elle de notables de jijel.

 

JIJEL-1955-copie-2.jpg

 

La majorité des prolétaires de gauche de la première liste sont  morts au maquis, selon da Messaoud, et parmi eux son propre père Salah Lakrioui. Ceux de la deuxième liste ont fait de vieux os… 

 

 

J’ai trouvé intéressant de faire ce petit voyage dans le temps. Cela aide à méditer sur la finalité d’une lutte des classes qui est plus culturelle que politique, sur les espérances d’une partie de la population de Jijel à l’accession à un droit légitime et naturel : la Justice pour tous, sans patronat ni monopole, sans noblesse de nom ou de prestige. Tous naissent égaux.

 

 

Sans connaitre sa vie, la présence d’un certain Le Toulec Roger, seul parmi une liste de noms arabes, me paraît normal. Les habitants de Jijel pouvaient venir de n’importe quel bled, avoir n’importe quelle racine, lorsqu’on nait  à Jijel on est marqué pour toute la vie par le k, comme kahwa. Et c’est notre signe d’appartenance à cette région qui ne fait pas la différence entre ses enfants. C’est l’héritage pour tous. Ce sont les diviseurs pour régner qui nous imposent des modèles de société parachutés depuis des royaumes maudits. Ils veulent  nous conquérir culturellement, après c’est plus facile socialement.

 

 

Il n’est pas plus noble que des mains rapeuses, hourchin, celles qui créent la vraie richesse. Il n’est pas de mains plus viles que celles qui signent des traités de trahison pour garder des places de « nobles » : je n’ai jamais vu de noblesse dans leurs actes ou leurs dires.

 

 

 

 

Le Condjador, Jijel, 19 février 2013

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article