Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Importante contribution des services et du BTP

 

Selon la Banque d’Algérie, tous les secteurs d’activité, en dehors des hydrocarbures dont la valeur ajoutée a baissé de 2,6%, connaissent une croissance positive.
Abstraction faite de l’industrie qui suit une progression modérée, les autres secteurs ont réalisé des performances élevées, supérieures à 5,8%.

C’est le constat établi par la Banque d’Algérie (BA) dans son rapport sur l’évolution économique et monétaire du pays en 2010. “Pour tous les secteurs, cette croissance positive est néanmoins plus faible que celle obtenue en 2009 et le recul est plus prononcé en ce qui concerne l’industrie et l’agriculture”, nuance toutefois la BA.

La structure du produit intérieur brut (PIB), hors hydrocarbures, se caractérise par l’évolution de la contribution de deux secteurs : les services des administrations publiques et le BTP à hauteur respectivement de 20% et 16%.

Ce n’est pas le cas de l’industrie qui contribue à raison de 7,6%, soit en baisse de 0,7%. La récolte exceptionnelle en céréales de 2009 n’a pas été reproduite en 2010. Après une expansion historique de 20% en 2009, souligne-t-on dans le rapport, l’agriculture a enregistré une croissance ralentie mais qui demeure cependant substantielle avec une hausse de 6% de sa valeur ajoutée en 2010. “Après une année 2009 de croissance générée par une abondante production céréalière, la croissance du secteur agricole est revenue à des taux plus modestes qui restent néanmoins élevés”, relève-t-on dans le document. L’agriculture continue encore, précise la BA, à accroître son offre dans un contexte de forte hausse de la demande du marché domestique.

La production agricole représente désormais, affirme la Banque centrale, 8,4% du PIB et 12,9% du PIB en hors hydrocarbures. Ce qui lui confère la 4e place en matière de contribution aux flux de richesses. Reprenant les explications du ministre de l’Agriculture, les rédacteurs du rapport soulignent que la production des céréales qui avait culminé à 6,1 millions de tonnes en 2009, a baissé de 1,5 million de tonnes à 4,6 millions de tonnes en raison de l’importante chute de l’orge et de l’avoine respectivement de 37% et de près de 31%.

Excepté la forte contraction de la production oléicole qui a reculé de 35,5%, les autres filières ont connu, selon eux, de bonnes performances avec des taux de croissance souvent à deux chiffres. C’est à l’image du lait dont la croissance a progressé de 10% pour une quantité de 2,6 milliards de litres mais avec un taux de collecte insuffisant de 15% seulement.
La progression a touché également les viandes blanches (près de 31%) et rouges (10%). “Cet accroissement de l’offre en produits agricoles notamment celle des légumes frais et de la pomme de terre a pu contenir la hausse des prix de gros et de tempérer celle de détail des produits alimentaires à un niveau proche de l’inflation estimée à 3,9% alors qu’il lui était supérieur auparavant”, avouent les cadres de la BA.

En dépit d’un léger fléchissement de deux points pour la deuxième année consécutive, le BTP jouit encore d’une croissance élevée évaluée à 6,6% en 2010. La contribution de ce secteur à la valeur ajoutée est de 10,4% mais sa part dans le PIB hors hydrocarbures et de 16%. Cette décélération de la croissance du secteur, la BA l’explique par le tassement des dépenses d’équipement de l’État et l’achèvement de grands chantiers d’infrastructures et de logement.
Le niveau de sa contribution à la richesse nationale le place au 3e rang. Le ralentissement de l’activité a ciblé aussi le secteur des services marchands qui, tout en réalisant une performance appréciable, perd 1,9 point de croissance à 6,9%. “Avec une valeur ajoutée totale de 21,9% et de 33,5% (hors hydrocarbures), ce secteur continue à tirer la croissance et reste le deuxième plus important contributeur à la création de richesses et le premier pour la production hors hydrocarbures”, précise le bilan 2010 de la banque des banques.

Badreddine Khris. Liberté, 1er septembre 2011.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article