Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

L'ex-ministre des Chemins de fer chinois, Liu Zhijun, à Pékin.

 

DR-Liu Zhijun, ancien ministre des Chemins de fer a été inculpé,

hier, pour corruption et abus de pouvoir.

 

Son ministère, emploie plus de 2 millions de personnes. État dans l'État, il disposait,

jusqu'à récemment, de sa propre police et de cours de justice spéciales.

 C’est premier grand procès de l'ère Xi Jinping, le nouveau président

qui a fait de la lutte contre la corruption son grand credo politique.

 

 

 

 

Chine : l'ex-ministre qui aimait trop l'argent et les maîtresses risque la peine de mort

 

 

Par Arnaud de La Grange, correspondant à Pékin

 

 

C'est l'un des plus grands scandales de corruption de ces dernières années. L'ancien ministre des Chemins de fer chinois, Liu Zhijun, qui a détourné des millions et des millions, a été officiellement inculpé ce mercredi. Ce sera le premier grand procès de l'ère Xi Jinping.

 

C'est un grand cacique du système communiste qui va bientôt passer en justice. L'ancien ministre des Chemins de fer, Liu Zhijun, a été inculpé ce mercredi par la justice chinoise pour corruption et abus de pouvoir. Il avait été limogé en février 2011, à la suite de l'un des plus grands scandales de corruption de ces dernières années. Il a depuis été exclu du Parti.

 

Liu Zhijun a «utilisé abusivement sa position» et «accepté illégalement des richesses et des biens de la part d'autres personnes», écrit Chine Nouvelle. L'agence officielle ajoute que «les chiffres sont très élevés et les circonstances très graves». Les montants pourraient en effet être faramineux. L'ex-ministre aurait détourné 4 % du montant des nombreux contrats qu'il avait signés, selon le journalGlobal Times (groupe Quotidien du peuple). Le haut cadre communiste menait grand train, et avait au moins dix maîtresses, «parmi lesquelles des actrices», poursuit ce média officiel.

 

 

Un État dans l'État

 

 

L'affaire est d'autant plus spectaculaire qu'il s'agit du secteur ferroviaire, stratégique s'il en est, et emblématique de la montée en puissance économique chinoise. Le ministère des Chemins de fer, employant plus de 2 millions de personnes, était un État dans l'État. Il disposait, jusqu'à récemment, de sa propre police et de cours de justice spéciales. Son budget était, l'an dernier, à peine inférieur à celui de la Défense, mais il a accumulé des dettes de plus de 400 milliards de dollars. Ce puissant ministère a été démantelé le mois dernier et ses services ont été placés sous le contrôle du ministère des Transports. Liu avait réussi à empêcher une telle fusion il y a six ans.

 

 

En poste depuis 2003, Liu Zhijun a eu notamment la haute main sur l'ambitieux projet de réseau de trains à grande vitesse chinois. De nombreuses voix en Chine ont dénoncé la démesure du projet et exprimé des doutes sur sa rentabilité à terme. Le rythme de croissance a d'ailleurs été freiné. Quelques mois après la chute de Liu, la réputation du rail chinois avait été une nouvelle fois entachée par la collision de deux TGV qui avait fait 40 morts le 23 juillet 2011 près de Wenzhou (Est).

 

 

La date du procès n'est pas encore fixée, mais l'ancien potentat du rail risque une lourde peine de prison, voire la condamnation à mort. D'autant qu'il s'agira du premier grand procès de l'ère Xi Jinping, alors que le nouveau président a fait de la lutte contre la corruption son grand credo politique.

 

 

Source : Le Figaro.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article