Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Après la Révolution d’octobre, la traduction en arabe de L’Etat et la Révolution de Lénine avait été publiée en janvier 1922 en Egypte. Cette année-là Lénine souffrant des séquelles de l’attentat qui avait failli lui coûter la vie, n’exerçait déjà plus le pouvoir. Staline avait émergé au devant de la scène à la faveur du communisme de guerre, de la répression anti-libertaire de Cronstadt, de l’instauration de la NEP.

En Egypte c’était l’épanouissement des idées de la Nahda. Ahmed Rif’at, engagé dans cette lutte pour la renaissance arabe et musulmane réalisa donc la première traduction en arabe d’un texte bolchévique et plus généralement des classiques marxistes.

Anwar Moghith montre, dans l’article qui suit, comment cette traduction très libre fourmille de déformations et de sollicitations de sens. Le titre même du livre est transformé en « Mémoires de Lénine sur les guerres européennes, leur passé et leur présent ».

La traduction fut un renfort au renouveau de la lutte contre l’emprise impérialiste. Anwar Moghith observe : « Cette sensibilité devait se manifester lors des déclarations anticolonialistes de la révolution bolchévique et pendant le mouvement nationaliste turc ».

 L’ouvrage de Lénine est pour Ahmed Rif’at « un livre merveilleux, étrange, étonnant, où l'intelligence se perd ».

En Algérie, quelle sera l’influence de l’Etat et la Révolution sur Messali Hadj et sur les cadres de l’Etoile Nord Africaine puis du PPA ? Il est probable que l’ouvrage de Lénine a en un certain impact dans le mouvement nationaliste. Mohamed Harbi nous apprend incidemment, dans un livre de mémoires, que cet ouvrage de Lénine était pendant les années qui ont précédé le Premier novembre 1954, un des livres de chevet de feu Abdelhamid Boussouf, alors cadre de l’OS et qui deviendra, après la mort de Abane Ramdane en 1957, le principal idéologue et organisateur de l’alliance nationaliste, populiste et élitiste, (dont Boumediene et Bouteflika faisaient partie) constituée, autour du ministère de l’Armement et des liaisons générales (Malg). Depuis l’Indépendance, cette alliance à tendance conspirative-élitiste semble avoir disposé de certaines capacités de cooptation dans les services de l’Etat et parmi les élites ; elle continue encore d’inspirer et de structurer de manière diffuse le système algérien, bien que l’idéologie conspirative-élitiste qui l’anime semble désormais dépassée.

S. A.

 

 

Ahmed Rif’at, le traducteur de l’Etat et la Révolution

 

La première traduction en langue arabe d'un classique du marxisme fut l'ouvrage de Lénine, L’Etat et la Révolution, paru en janvier 1922 sous le titre Mudhakkirât Linîn 'an al-hurûb al-urûbiyya : mâdîha wa hâdirihâ (Les mémoires de Lénine à propos des guerres européennes : leur passé et leur présent). Outre le titre, figure aussi sur la couverture du livre le nom du traducteur, Ahmad Rif'at et la mention suivante : « Par la plume de N. Lénine, président de la République russe ». Ahmad Rif'at est un nom qui n'a pas d'histoire dans la vie culturelle et politique égyptienne du XXe siècle ; il est absent du débat politique qui eut lieu dans la presse égyptienne à propos de la déclaration de la constitution du premier parti socialiste égyptien en 1921.

Les motifs pour lesquels Ahmad Rif'at a traduit L'État et la Révolution de Lénine ne relèvent pas d'un engagement théorique et politique pour le socialisme. On peut toutefois connaître sa conception de la Nahda et sa vision politique d'avant la guerre à travers une lettre où il répond aux revendications des coptes, et qu'il rédige après l'assassinat de Butrus Ghâlî, le premier ministre copte, et la tension qui s'en suivit entre coptes et musulmans.

Rif'at affirme que l'Égypte est plus tolérante à l'égard des coptes que les pays occidentaux à l'égard des juifs ; il conteste l'idée que les coptes seraient persécutés. Ce sont plutôt les musulmans, selon lui, qui représentent une majorité pauvre et opprimée, et qui ont le droit d'émettre des revendications. Il incite les Egyptiens à lutter contre la colonisation anglaise en maintenant le lien avec la Sublime Porte et à travailler ensemble pour la Nahda et le progrès (Rif'at, 1911, p. 31). Cette vision était à l'époque l'axe de la politique du Parti Watanî de Mustafa Kâmil et Muhammad Farîd.

Après la guerre, Rif'at a maintenu la même position, enrichie toutefois d'une ouverture sur les expériences des autres nations. Dans sa dernière traduction, al-Wataniyya al-'uthmâniyya (Le nationalisme ottoman, de B. G. Gaulis), parue également en 1922, il lance un appel aux jeunes d'Égypte dans lequel il précise sa conception de la Nahda : « L'Orient comme corps et existence spirituelle désigne un grand ensemble de pays et de peuples. Si ces pays se lient par une ligue, si ses fils se réunissent, il retrouvera la vie. » (Rif'at, 1922b, p. 3) Rif'at opte donc en 1922 pour « La grande ligue d'Orient ». C'était l'idée maîtresse d'al-Afghânî et d'Ishâq dans les années 1870 au sein de leur projet de la Nahda. Le panislamisme sera éclipsé en 1919 par le succès du Wafd qui soutenait un projet national égyptien sans préconiser l'unité avec les pays d'Orient. En Égypte cependant, le lien sentimental avec les pays d'Orient luttant contre le colonialisme restait populaire. Cette sensibilité devait se manifester lors des déclarations anticolonialistes de la révolution bolchevique et pendant le mouvement nationaliste turc.

Rif'at exprime cet enthousiasme dans sa traduction de l'État et la Révolution et du Nationalisme ottoman. Il félicite les bolcheviques pour leurs efforts de libération de l'Anatolie et leur soutien à la Turquie, et considère que le Congrès des peuples d'Orient à Bakou est un espoir pour l'unité et la renaissance des peuples musulmans. Dans Le Nationalisme ottoman, il présente l'exploit de Kemal Atatûrk et d'Enver Pacha comme un modèle à suivre par les Égyptiens. Entre les deux héros turcs, il penche du côté d'Enver Pacha, « héros musulman » qui « travaille pour le monde musulman en particulier, et l'Orient en général » (Rif'at, 1922b, p. 5). Il faut rappeler qu'Enver Pacha était à la tête d'une délégation représentant la Turquie, l'Égypte et la Tunisie au Congrès de Bakou (el-Makhadmeh, 1987, p. 92).

L'article intitulé « Socialisme, bolchévisme et religion », paru dans la revue fondamentaliste musulmane al-Manâr, témoigne de cet enthousiasme. La manière dont Rif'at décrit Lénine montre ce que ce dernier représente pour un admirateur panislamiste ; Rif'at présente Lénine au lecteur comme « le plus grand homme actuel sur le globe » (Rif'at, 1922a, p. 3). Lénine fut pour lui le modèle du gouvernant juste, modeste et dévoué dont l'Égypte avait besoin ; « Lénine, écrit-il, est un homme d'une extrême simplicité dans son alimentation, son habillement et sa demeure, il n'a d'autres préoccupations que de propager ses principes qui lient la libération mondiale de l'impérialisme à la réalisation de l'égalité entre tous les hommes » (Rif'at, 1922a, p. 5). La notion d'individu, héros sujet de l'histoire, est un concept principal dans le panislamisme, lequel vante l'exploit d'un seul homme (Mahomet). La solution des problèmes sociaux dépend de la personnalité du gouvernant. En outre, la présentation de Lénine en tant que héros, acteur de l'histoire, éclipse le rôle du parti, du marxisme, de la Nie Internationale et de la masse ouvrière.

Dans ce contexte, le choix de traduire L'État et la Révolution nous paraît circonstanciel. C'était peut-être à cette époque en Égypte le seul livre de Lénine traduit en français et accessible à Rif'at. Le changement du titre en Mémoires de Lénine sur les guerres européennes, leur passé et leur présent, permet à la fois d'éviter le mot thawra (révolution) et d'ajouter un titre accrocheur en raison de l'actualité de la guerre. Le choix du terme « Mémoire » est justifié par le projet du traducteur de présenter aux lecteurs égyptiens une série de livres sur « les grands esprits qui pensent clandestinement pour libérer leurs peuples » (Rif'at, 1922a, p. 1) - série qui avait commencé par les Mémoires de Hindenburg. On peut saisir sa conception du socialisme en général et de la pensée marxiste en particulier dans la préface et la postface des Mémoires de Lénine. On peut déceler, dans la préface datant du 28 décembre 1921, de l'admiration pour la personnalité héroïque de Lénine. Près d'un mois après avoir envoyé le livre à l'imprimerie, il trouve utile d'écrire une postface intitulée « clarification nécessaire », dans laquelle il explique certains concepts propres à la pensée socialiste, et commente la propagande antibolchevique dans la presse égyptienne et les derniers événements de la révolution russe.

D'après la postface, le communisme pour Rif'at signifie en même temps révolution et république. Il établit le lien entre les capitalistes et le régime monarchique, et ne conçoit pas le lien entre le communisme et la classe ouvrière. Rif'at voit dans le rétablissement de la monarchie après la révolution de 1848 et dans la chute de la Commune de Paris une confirmation de cette conclusion. La révolution bolchevique échappera-t-elle à ce destin impitoyable ? Rif'at ne laisse pas à l'avenir la tâche de répondre à cette question. La réponse, pour lui, réside dans la pratique politique du gouvernement bolchevique. Dans une sorte d'autocritique, Rif'at décrit d'abord la réception enthousiaste de la Révolution russe par les Orientaux. « Les bolcheviques sont apparus, au début, sous cet aspect noble qui les montrait au travail pour libérer les classes opprimées et les peuples soumis au joug du colonialisme [...]. Ils ont toléré la constitution de petites républiques en Ukraine, Finlande et dans le Caucase. Les âmes se sont rassurées. Les Orientaux en particulier ont pensé que la nature humaine de ces gens avait changé et que le rêve devenait réalité, leur bonne foi s'est étendue jusqu'à croire qu'ils allaient sauver le monde du cauchemar du colonialisme. Les Orientaux attendaient partout que le courant bolchevique atteigne leurs pays pour les sauver de l'emprise de ce cauchemar » (Rif'at, 1922a, p. 248).

Les Orientaux espéraient du bolchevisme une libération nationale plutôt qu'une justice sociale. L'enthousiasme de Rif'at pour Lénine dans la préface du livre est justifié par le soutien du gouvernement bolchevique au mouvement nationaliste turc ; la déception de la postface est provoquée par les derniers événements : « Oui, le régime des Soviets nous a surpris ces derniers jours, par la suppression des républiques caucasiennes et l'occupation de ces pays par l'armée bolchevique, [...] alors que ces petites républiques étaient fondées sur le système communiste. » (Rif'at, 1922a, p. 249) Le rêve brisé n'est pas seulement celui des Orientaux, mais aussi celui du peuple russe, puisque les promesses du communisme - la suppression des différences entre les classes, l'abolition de tout pouvoir étatique et l'établissement d'une caisse générale qui reçoit la production et distribue d'après les besoins - sont loin d'être réalisées.

La critique du bolchevisme dérivée de la tendance panislamiste et anticolonialiste de Rif'at est loin d'être une critique fabriquée pour échapper à la censure, comme le suppose R. al-Safd qui affirme également que Rif'at était un membre du PCE, et que la traduction de ce livre est une contribution du Parti à la propagation de la pensée marxiste en Égypte (al-Saîd, 1976, p. 118). Cette hypothèse nous paraît peu justifiée car les idées politiques de Rif'at que nous venons d'exposer et le livre traduit n'ont jamais été discutés au sein du Parti et n'ont jamais constitué une source théorique pour la formation de ses cadres. Il suffira d'ailleurs de remarquer que le traducteur, trois mois seulement après la traduction de l'ouvrage de Lénine, opte pour le panislamisme en traduisant Le nationalisme ottoman.

Les motifs de la traduction sont donc l'enthousiasme, la curiosité et aussi la rentabilité marchande puisque Rif'at est un traducteur professionnel et que Lénine et ses idées sont un thème à la mode dans la presse égyptienne d'alors. Le titre choisi par le traducteur dévoile son approche du livre : il le considère comme un texte contre le colonialisme en soulignant la dénonciation par Lénine de la complicité des sociaux-démocrates avec leurs États bourgeois concernant l'engagement dans la grande guerre. Il résume le contenu du livre ainsi : d'abord, c'est un exposé des principes de la doctrine communiste fondée par Karl Marx et appuyée très fortement par son ami Engels ; ensuite, le livre critique les idées des socialistes modérés et réfute leurs fausses thèses en les convainquant que le bonheur et le bien-être seront réalisés en nettoyant la terre des agents du colonialisme qui veulent soumettre les nations faibles aux anciens pouvoirs financiers autoritaires (Rif'at, 1922b, p. 4). Faute de connaissance de la théorie marxiste, la polémique principale de L'État et la Révolution, à savoir le rapport entre la classe ouvrière triomphante et l'État, échappe à la compréhension de Rif'at, ce qui marque négativement sa traduction. Toutefois elle reste la première tentative de traduction d'un texte marxiste et d'adaptation du vocabulaire et des analyses marxistes à la langue arabe. À ce titre, cette traduction mérite un examen détaillé. Cet examen consiste, d'abord, à comparer cette traduction arabe de bonne heure de la terminologie marxiste à la traduction actuelle et à découvrir les erreurs éventuelles dans la traduction, afin de dégager leurs significations sociales et culturelles. Nous nous attacherons ici à l'examen du vocabulaire marxiste le plus important dans le texte : l'État, la révolution, la classe, la dialectique.

 

Etat

 

Rif'at traduit État par hukûma, un mot que l'on utilise dans la langue arabe actuelle pour désigner le gouvernement. L'État est traduit aujourd'hui par dawla qui signifie en arabe classique « puissance temporaire ». Rif'at utilise le mot dawla pour désigner les pays ou puissances colonialistes (duwal istïmâriyya). Utiliser hukûma pour traduire État était courant au XIXe et au début du XXe siècle. À propos des phrases qui concernent le terme d'« État », les erreurs de Rif'at mènent parfois au contresens : Lénine écrit, citant Engels, « L'État n'est donc pas un pouvoir imposé du dehors à la société ; il n'est pas davantage "la réalité de l'idée morale ; l'image et la réalité de la raison" comme le prétend Hegel ». Rif'at traduit ainsi ce passage : « l'État n'est pas un pouvoir imposé en dehors du cercle de l'institution sociale ; il n'a donc pas d'avantages, mais il est la réalisation d'une idée morale, il est image et résultat de la raison et de la vérité comme l'affirme Hegel. » (Lénine, 1972, p. 11 ; Rif'at, 1922a, p. 15) Rif'at, en confondant le sens du mot « davantage » avec « d'avantages » et en utilisant le verbe « être » là où se trouve le verbe « avoir », traduit le contraire de ce que Engels voulait dire. Autre exemple, dans la traduction française du texte de Lénine on lit : « Selon Marx, l'État est un organisme de domination de classe, un organisme d'oppression d'une classe par une autre ; c'est la création d'un « ordre » qui légalise et affermit cette oppression en modérant le conflit des classes. » La traduction arabe donne : « De l'avis de Marx, l'État est un organe qui domine les classes, ou plus clairement, un organe d'esclavage d'une classe par rapport à l'autre. C'est lui qui a créé un ordre des choses et il l'a légalisé, et en vertu de cela, il a mis un terme à cet esclavage en étendant le conflit des classes. » (Lénine, 1972, p. 12 ; Rif'at, 1922a, p. 17) Selon la traduction, l'ordre créé par l'État ne légalise pas l'oppression comme le disait Marx, mais vise la fin de l'esclavage.

 

Révolution

 

Le terme révolution est traduit par thawra. Concernant le concept principal du livre de Lénine, le traducteur commet deux erreurs qui rendent vague la conception léniniste de la révolution : a) Lénine cite Marx qui postule que la violence doit jouer un rôle révolutionnaire, sans être nécessairement une source du mal. La traduction donne : « Comme la révolution, la violence joue un mauvais rôle. » b) Lénine montre que la tendance social-démocrate a trahi l'idée de révolution violente que l'on trouve chez Marx et Engels. La traduction dit : « L'abandon de l'idée de révolution violente est une trahison à l'égard des tendances socialistes, nationalistes, kautskistes. » (Lénine, 1972, p. 31 ; Rif'at, 1922a, p. 41) Ces erreurs rendent incohérentes, dans le texte arabe, les positions de Lénine à l'égard de la social-démocratie. Elles illustrent également à quel point le traducteur est ignorant de l'actualité du mouvement socialiste et de ses tendances. Cette ignorance se manifeste plus nettement encore dans la note qu'il consacre à Engels et qui le présente sous le nom de Jean-Jacques Engil : un écrivain socialiste allemand né en 1741, mort en 1802 (Rif'at, 1922a, p. 13) ou encore, lorsque voulant parler de Kerenski, il le confond avec Trotski.

 

Classe

 

La traduction courante aujourd'hui est tabaqa. Rif'at utilise ce mot mais aussi : hay'a (organisation, corps), zumra (cohorte, faction, horde), fi'a (catégorie), tâ'ifa (communauté). Pour la bourgeoisie, la transcription en usage actuellement (burjwâziyya) ne figure pas dans la traduction de Rif'at. Il reste perplexe devant ce concept qu'il traduit d'abord par wajâha wataniyya (notoriété nationale) puis, dans la même page, par al-tabaqa al-mâliyya (la classe financière). En troisième lieu, il choisit tabaqat al-a'yân (la classe de propriétaires fonciers) ; ce mot est le plus utilisé dans le texte de Rif'at mais il ne le sera pas de manière systématique, car on trouve plus loin d'autres traductions comme al-aghniyâ' (les riches), al-wujahâ' (les notables), ashâb ru'ûs al-amwâl (les détenteurs de capitaux). Parfois, il opte pour l'usage de deux mots ensemble : al-aghniyâ' wa-l-a'yân (les riches et les notables). Cette indécision devant le terme « bourgeoisie » et la difficulté d'exprimer son sens en langue arabe se manifestent plus encore quand il traduit ce seul terme par quatre mots dans la même phrase ; nous lisons dans le texte français cette expression : « sans la bourgeoisie et contre la bourgeoisie ». Rif'at la traduit par « sans les propriétaires fonciers et les riches et malgré les notables et les capitalistes » (Lénine, 1972, p. 40 ; Rif'at, 1922a, p. 52). Rif'at donc n'a pas saisi le sens que Lénine donne au concept de « bourgeoisie » car il n'est pas un familier de la littérature socialiste. Cette difficulté de trouver un terme en arabe qui corresponde au concept de « bourgeoisie » peut être due à l'ordre social flou de l'Égypte dans lequel la classe dominante n'a pas un caractère précis. Nous pouvons toujours constater que les mots « notables » et « propriétaires fonciers » sont utilisés quand le texte d'origine évoque le rapport entre la bourgeoisie et le pouvoir d'État, et les mots « capitalistes » et « financiers » sont utilisés quand le texte évoque le conflit entre la bourgeoisie et la classe ouvrière.

En ce qui concerne la petite bourgeoisie, la confusion est encore plus grande, ce concept désignant une classe non identifiable dans l'Égypte d'alors. Dans la littérature socialiste d'expression arabe, à cette époque, apparaît l'opposition qui existe dans la société entre riches et pauvres ou capitalistes et ouvriers, mais le concept d'une classe petite-bourgeoise était quasi absent. En outre, dans le texte de Lénine, le terme « petit-bourgeois » désigne parfois une classe sociale réelle, mais, plus souvent une certaine tendance socialiste (la social-démocratie). Cela justifie la perplexité de Rif'at devant ce terme, qu'il traduit de deux manières différentes. Pour traduire le sens le plus courant - quand Lénine dénigre la social-démocratie -, il utilise al-fi'a al-akthar wajâha (le groupe de grands notables), jahâbidhatal-a'yân (l'habileté des propriétaires fonciers), siyasiyu al-fi'a al-mutanâhiya fï-l-wajâha (les politiciens du groupe des grands notables). Alors qu'il s'en tenait très éloigné avec le premier, Rif'at se rapproche, avec le deuxième sens, du concept léniniste de la « petite bourgeoisie ». On trouve pour la première fois cette traduction lors d'un passage où Lénine distingue la bourgeoisie de la petite bourgeoisie : « La bourgeoisie fractionne et dissémine la paysannerie et toutes les couches petites bourgeoises. » Ici Rif'at utilise al-tabaqât al-wûsta (les classes moyennes) et plus loin al-mullâk al-mutawassitûn (les propriétaires moyens) (Rif'at, 1922a, p. 16-17). En général l'attribut « petit-bourgeois » chez Rif'at est négatif et il implique l'appartenance à la bourgeoisie, il traduit donc « l'anarchie petite-bourgeoise » par « l'anarchie un peu aisée qui caractérise la vie de la classe moyenne » (Lénine, 1972, p. 39 ; Rif'at, 1922a, p. 50). Enfin, l'ambiguïté dans la traduction suscite des difficultés pour comprendre la position léniniste à l'égard de la social-démocratie, d'une part, et de la classe petite-bourgeoise, d'autre part.

 

Dialectique

 

Dans la traduction actuelle dialectique donne jadal. Rif'at, lui, traduit le terme par al-qadâya al-mantiqiyya (les propositions logiques), ainsi, le « matérialisme dialectique » devient le « matérialisme logique », la « dialectique matérialiste » est rendue par madlûl hissî (sens concret), « le dialecticien Engels » devient « Engels le forgeron de mots ». Enfin « dialectique de l'histoire vivante » devient « la théorie logique qui est dérivée de la vie pratique » (Lénine, p. 79 ; Rif'at, 1922a, p. 100). Le mot « dialectique » lui est apparu énigmatique mais il l'a souvent traduit par « logique », ce qui est différent du sens de « dialectique ». C'est un autre type de fautes, dû au manque de connaissance philosophique. Il ne s'agit pas, ici, de recenser les fautes de traduction commises par le traducteur ou bien de dénoncer sa mauvaise foi, mais simplement de montrer combien il est difficile de comprendre les thèses de Lénine à partir de cette traduction comme de saisir le sens des débats entre Lénine et la social-démocratie. C'est pour cette raison que, dans la préface, Rif'at déclare qu'il a essayé de présenter « ces idées difficiles d'une manière simplifiée » (Rif'at, 1922a, p. 2). Cette quête de simplicité l'a mené à ajouter volontairement ce qu'il trouvait nécessaire pour faciliter la compréhension. Par exemple, à propos de la situation des paysans, Lénine écrit : « [...] ces mesures démocratiques qui rendent parfaitement solidaires les intérêts des ouvriers et de la majorité des paysans » ; Rif'at traduit : « [...] un moyen démocratique facile qui fonctionne d'une manière solidaire avec les intérêts des ouvriers et les intérêts de la majorité qui est la classe paysanne » (Lénine, 1972, p. 66 ; Rif'at, 1922a, p. 82). La réalité égyptienne se manifeste dans la traduction, non seulement lorsque l'on trouve cette affirmation de la paysannerie majoritaire, mais aussi à travers les conditions politiques ; ainsi, quand Lénine dit : « La véritable besogne d'État se fait dans les coulisses, elle est exécutée par les départements et les états-majors », Rif'at ajoute « les ambassades » dans la traduction (Lénine, 1972, p. 69 ; Rif'at, 1922a, p. 87), faisant allusion à l'État égyptien dirigé par les ambassades étrangères, surtout celle de l'Angleterre.

La déformation du texte de Lénine est claire et nette quand il traite de religion, surtout quand Lénine critique le petit-bourgeois « libre penseur qui veut bien admettre que l'on ne soit d'aucune religion, mais abdique la tâche du parti, qui est de combattre l'opium religieux qui abêtit le peuple ». Rif'at rend cette phrase de Lénine en parlant de « la couche de la libre croyance qui accepte la neutralité de la religion et qui pourtant, en critiquant la campagne du parti contre les opinions religieuses, a anesthésié les nerfs du peuple » (Lénine, 1972, p. 113 ; Rif'at, 1922a, p. 145). La traduction a donc évité le mot « opium » et rendu responsable de l'abêtissement du peuple les idées de la couche de la libre croyance et non pas la religion.

Cette confusion dans la traduction a limité la portée du livre et l'a rendu énigmatique. C'est peut-être pour cette raison que Rif'at dans la publicité pour cet ouvrage parle d'un « livre merveilleux, étrange, étonnant, où l'intelligence se perd » (Rif'at, 1922b, p. 5). La presse hostile au bolchevisme en Égypte, en se rendant compte que le livre est traduit hors du champ de la lutte socialiste, ne critique plus le livre et n'y fait aucune allusion. L'attitude est d'ailleurs la même chez les socialistes. Le fait de traduire un ouvrage de Lénine montre quel avait été l'enthousiasme de Rif'at mais son commentaire de la postface, si critique à l'égard du bolchevisme, exprime une grande déception : cette déception est aussi celle de l'opinion publique égyptienne qui a déjà compris que le bolchevisme n'allait pas apporter la liberté tant attendue, mais, au contraire, poursuivre la politique colonialiste telle qu'elle fut menée sous le Tsar.

Anwar Moghith. « Marxisme égyptien et marxisme occidental : traduction et idéologie ». 1997.

 

Lien : Egypte Monde Arabe

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article