Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Un rythme de travail infernal. D. R.DR

 

 

 

 

On lit sur El Watan du 26 décembre , sous le titre « 200 ouvriers licenciés pour grève » :  La société réalisatrice de l’extension du métro vers la place des Martyrs a licencié pas moins de 200 ouvriers. Ces derniers ont reçu la notification d’application de la sanction disciplinaire de licenciement, pour les motifs d’abandon de poste de travail, depuis le 21 novembre, pour exercice illégal de la grève.

Aujourd’hui, on peut lire dans Le Quotidien d’Oran :

 

 

 

 

 

Les travailleurs du Métro d'Alger poursuivent leur grève

 

Par M. Aziza

 

 

Les travailleurs du Métro d'Alger, en grève depuis plus d'un mois (du 21 novembre dernier) ne baissent pas les bras et comptent poursuivre leur mouvement de protestation, jusqu'à obtenir gain de cause. «La direction n'a prévu aucune solution, elle a préféré le recours à la justice», soutiennent les concernés. Les travailleurs ont comparu, jeudi dernier, devant le tribunal de Bainem, pour avoir menacé, selon la direction du métro, les responsables du groupe Metro d'Alger - Centre ( GMAC).

Le porte-parole des travailleurs grévistes, Amara Mokhtar a affirmé que la justice devrait se prononcer aujourd'hui. «Le juge nous a demandé, jeudi dernier, de quitter les lieux en attendant le jugement dimanche», a-t-il précisé. Et de souligner, mais «cela ne veut pas dire qu'on va suspendre notre mouvement de grève, nos revendications sont légitimes et nous n'avons menacé personne» a-t-il déclaré. Notre interlocuteur a précisé que «cette plainte et le recours à la justice sont un moyen pour nous licencier par voie de justice».

Il indique que les travailleurs grévistes s'interrogent où sont passées les autorités concernées par la défense des intérêts et des droits des travailleurs algériens, notamment le ministère du Travail et l'inspection du Travail ? «Des dizaines d'emplois sont menacés, les travailleurs algériens seront vite remplacés par des étrangers, notamment par des Portugais», nous signale un des grévistes. «Pourquoi les choses sont-elles arrivées à cette situation ?» s'est interrogé Amara Mokhtar. «Pourtant nos revendications sont légitimes et défendues par l'ensemble des travailleurs», dira-t-il encore. Les travailleurs du métro réclament, depuis plus d'un mois, que les heures supplémentaires soient rémunérées à 75%, à partir de la deuxième heure. Ils exigent en outre « l'indemnité de départ» et «l'indemnité de la femme au foyer».

 

Le Quotidien d’Oran, 30 décembre 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article