Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

L'histoire de la corruption algérienne

 

Ancien officier de la wilaya IV et membre fondateur du FFS en 1963, Lakhdar Bouregaâ explique: "La corruption a été centralisée du temps de Boumediène, décentralisée sous Chadli et démocratisée avec Bouteflika». Il déclare lutter pour une Constitution qui «soit au-dessus des hommes ; une Constitution qui ne soit pas à la merci d’un homme, fût-il président de la République. Une Constitution qui mettra fin à la gabégie et la corruption et qui instaurera une véritable démocratie. Voyez l’affaire Sonatrach ; si on était dans un Etat de droit, l’affaire Sonatrach serait notre Watergate ; elle aurait fait tomber bien des têtes mais chez nous, rien pour le moment».

 

 

 

Aliénation politique

 

Un constat de Saïd Sadi: " Les corporations, les organisations, les regroupements conjoncturels et, à l’occasion, les institutions passent leur temps à se trouver un tuteur, espérant qu’un jour il surnagera et mettra à leur service les règles et instruments qu’ils vouent aux gémonies quand elles servent des concurrents.
Il y a une quinzaine de jours, un avocat algérois qui prétend à quelque ambition politique a décidé de lister un certain nombre de personnes de divers horizons pour les associer à la proposition d’une nouvelle perspective au pays. Après un exposé des motifs soulignant la gravité de la situation, il invite les citoyens qu’il avait retenus à signer un texte demandant le changement. L’écrit se terminait par la nécessité de demander la bénédiction des services de sécurité. Extrême et caricaturale, cette initiative n’en montre pas moins le degré d’aliénation d’une bonne partie du personnel politique algérien".

 

 

 

 

 

Plus de 50 élèves et des procès

 

Le président du syndicat enseignant CNASEPT, Nouar Larbi, a expliqué hier les raisons de la grève d'une journée fixée au 7 octobre. Cela pourrait se résumer dans un constat qui illustre la situation dramatique de l'éducation nationale : des classes d'examen de 50 à 52 élèves et parfois jusqu'à 60 élèves. La grève est aussi placée sous le signe des libertés syndicales puisque le 7 octobre aura lieu le procès des 10 enseignants de Bouira poursuivis pour leurs activités syndicales.  

 

 

 

La Nation israélienne n'existe pas

 « Le refus de la Cour suprême d’approuver la pétition de 21 citoyens israéliens qui cherchent à être reconnus comme membres de la nation “israélienne” plutôt que juive, et de changer la façon dont leur nationalité est consignée dans le registre de la population, est une indication supplémentaire que la lutte civique sur la nature de l’Etat d’Israël a échoué. Soixante-cinq ans après la création de l’Etat, les autorités ne reconnaissent toujours pas une nationalité israélienne indépendante de l’appartenance religieuse ou ethnique. ». Extrait de l'éditorial du quotidien Haaretz intitulé « Une défaite de l’israélièneté", repris dans un article d'Alain Gresh.

 

 

 

Jeux d'argent

"Après le scandale de la manipulation du Libor, serait-ce le tour du marché des changes – le Forex – d’être atteint ? Dans les deux cas, on n’y joue pas petit ! La valeur de 350.000 milliards de dollars de produits est indexée sur le premier, et l’équivalent de 3.981 milliards de dollars de monnaies étaient quotidiennement échangés en 2011, selon la Banque des règlements internationaux, sur le second (...). L’existence d’un cartel de banques est suspectée, au premier rang duquel UBS se trouverait. Le Financial Times, qui a cherché à en savoir plus, s’est heurté au refus de tout commentaire des principaux intervenants sur ce marché, qui pourraient faire l’objet de l’enquête : UBS, Deutsche Bank, Citigroup, Barclays, ainsi que Crédit Suisse, Standard Chartered et JPMorgan". Source: François Leclerc

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article