Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le Bois des pins de Hydra revient sur le devant de lactualité. Les services de police refont du zèle contre les habitants de la cité, qui ont déposé une nouvelle plainte contre la DGSN. Ce matin, seul le quotidien Le Temps d’Algérie semble relater l’évènement. D’autres journaux qui avaient fait leurs unes et leurs éditos cet été sur la destruction des arbres semblent depuis, avoir les yeux ailleurs. D. Mentouri ne lâche pas le morceau.

 

 

 

 

Affaire du Bois des pins

 

Le comité des sages dépose une nouvelle plainte contre la DGSN

Une plainte pour «violation de propriété privée et destruction de biens par des policiers» sera déposée aujourd'hui auprès du procureur de la république près le tribunal de Saïd-Hamdine (Bir Mourad Raïs) par les membres du comité des sages.

 

C'est ce que nous a indiqué hier Abdelghani Mehenna, porte-parole du comité des sages, précisant que cette action décidée «suite à l'investissement des lieux hier vers 7h30 de la part d'une armada de policiers civils armés et de policiers en tenue».

 

«Une intervention» qui n'a pas été accueillie favorablement par les locataires de l'immeuble qui «dénoncent les attitudes outrageantes adoptées par les policiers qui n'ont pas hésité à fracturer la porte donnant accès à la terrasse qu'ils ont réoccupée une nouvelle fois par la force». Les membres du comité ont décidé d'en faire part au procureur de la république lequel, selon le porte-parole, a indiqué que «les policiers sont chargés de protéger les ouvriers du chantier et non d'investir les espaces des immeubles», ajoutant que «si vous vous sentez lésés, portez plainte».

 

Les membres du comité ne se seront pas fait prier pour le faire puisque, par le bais de leur avocat, ils déposent officiellement plainte contre la DGSN qu'ils accusent «d'avoir outrepassé les lois de la République et piétiné les espaces privés des locataires». Dans la matinée de mardi, un locataire non identifié a blessé le chauffeur d'un engin par jet de pierre alors que ce dernier s'apprêtait à déblayer une portion de terrain juxtaposant l'immeuble.

Il semble que cet incident a incité les services de police à investir les lieux hier matin, soit le lendemain de l'incident. Une tension s'est installée parmi les citoyens de cette cité, dont la plupart «condamnent l'acte isolé perpétré par une personne résidant au sein de l'immeuble et qui a causé des blessures au visage du chauffeur de l'engin qui exerce sur le chantier» relatif à la construction d'un parking, objet de discorde entre les autorités et les locataires de cette cité d'Hydra qui a été le théâtre de violents affrontements.

 

Des affrontements qui se sont soldés par un bilan de plusieurs dizaines de blessés dont certains graves, parmi les forces de police et les locataires. Une véritable bataille a été menée par le comité des sages, traduite par une multitude de dépôts de plaintes contre le wali d'Alger, le P/APC d'Hydra, des officiers de police judiciaire et le directeur général de la sûreté nationale pour divers motifs.

 

«Le bruyant silence du ministère de l'environnement suite à l'abattage des arbres nous laisse perplexes en dépit de la visite des inspecteurs de l'environnement d'Alger au lendemain des premiers affrontements», révèle le porte-parole du comité qui indique, en outre «qu'aujourd'hui, les responsables de l'entreprise Batigec, en charge de la réalisation du chantier, comparaîtront devant le tribunal de Saïd-Hamdine pour donner des explications concernant le lancement des travaux sans permis de construire». 

 

A ce sujet, il est utile de rappeler que suite à la résistance affichée par les locataires suite à l'abattage des arbres, «un permis de construire a été établi au nom d'une entreprise EGCTU et dont les responsable se sont littéralement démarqués.» Une affaire qui ne manquera pas de susciter des rebondissements vu la résistance des membres du comité des sages.

 

D. Mentouri, 17 novembre 2011. Le Temps d’Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article