Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 Biskra : des émeutes éclatent à El Ghrouz

Environ 3000 manifestants sont sortis hier dans la rue, dans la commune d'El Ghrouz, wilaya de Biskra, pour protester contre leur dépossession d'importantes surfaces de terres par les autorités de la wilaya. Ces terrains «qui appartiennent à notre arch depuis des décennies ne peuvent en aucun cas faire l'objet de dépossession jusqu'à la fin des temps», nous déclare un citoyen joint au téléphone.

Mohamed Mezghiche nous expliquera que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase s'est produite dans la soirée de lundi, quand l'un des occupants des terrains objet du litige, un très haut responsable de l'Etat, ministre d'après notre interlocuteur, a ramené des conteneurs pour les installer au niveau d'un lot «qu'il a occupé grâce à un acte délivré par les services de la wilaya locale». C'est à ce moment-là que les populations locales ont réagi en sortant complètement dans la rue.

A la mi-journée d'hier, pas moins de 6 jeunes manifestants ont été arrêtés par les forces de l'ordre, alors que beaucoup d'autres ont reçu des convocations les accusant d'attroupement et de trouble à l'ordre public.

Cette grave affaire remonte à l'été dernier, quand les populations locales ont été étonnées de voir le wali de Biskra distribuer leurs propres terres au bénéfice de hauts responsables au niveau de l'Etat. C'est là que le bras de fer entre les autorités locales et les populations a commencé. Cette fois, les populations n'ont pas trouvé de meilleur moyen pour se défendre que de sortir dans la rue pour crier leur colère.

K. H. 20 décembre 2011, Le Temps d’Algérie

 

Note du blog : Apparemment, et le journaliste l’explique très clairement, il s’agit de manifestations pacifiques de refus d’un acte illégal. La rédaction choisi le terme émeute plus frappant. Dans la presse algérienne et sans doute dans les services appliquant encore l’état d’urgence larvé, le terme émeute désigne automatiquement toute manifestation de rue non autorisée préalablement et dans les temps par les instances (en quatre exemplaires ?). L’émeute avec les termes qui vont avec : bras de fer, trouble à l’ordre public, attroupements non autorisés, etc. Et bien sûr la matraque anti-émeute, car il faut disperser.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article