Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

  Les habitants de Barbacha ferment le boulevard de la Liberté à Béjaïa. Source : bejaïa-aujourdhui.com 

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

  

Le procès opposant des élus de Barbacha au wali de béjaïa s’ouvre demain dans un contexte de mobilisation citoyenne pour faire respecter le choix des électeurs de la commune.

 

On se rappelle que la liste du maire sortant membre du parti socialiste des travailleurs avait obtenu près de 39% des voix, loin devant les partis de la coalition au pouvoir. «On est en train de fissurer davantage les institutions censées représenter l’Etat», a déclaré le 30 décembre dernier Mahmoud Rachedi, secrétaire général du PST, dans une conférence de presse tenue au siège du parti, à Béjaïa. «C’est inadmissible ce qui se passe à Barbacha. On attend que la population accepte le diktat ?», s’est-il interrogé en espérant que le juge, au cours de l’audience fixée du 8 janvier, «annule cette mascarade».

Prolongeant une mobilisation ininterrompu depuis le coup de fporce du wali, , des centaines d’habitants de la commune de Barbacha ont afflué avant-hier dans la matinée vers le chef-lieu de wilaya pour exprimer leur soutien indéfectible au maire sortant, Mohand Saddek Akrour. Les protestataires ont procédé à la fermeture de la rue de la Liberté, l’artère principale de la capitale des Hammadites, avant de converger vers l’entrée principale du siège de la wilaya de Béjaïa, où ils tiendront un rassemblement pendant plusieurs heures.

 

Selon le compte rendu du journal Liberté, des manifestants ont pris la parole devant une foule compacte pour appeler le wali de Béjaïa à respecter la volonté populaire, qui renouvelle sa confiance au maire sortant. “Nous demandons au wali de Béjaïa d’organiser un deuxième tour des élections à Barbacha, tel que le stipule la réglementation en vigueur”, ont-ils réclamé encore.


Synthèse blog, 7 janvier 2013


 

 


 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article