Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

par Bahrain Freedom Movement

 

Cette semaine a été l’une des plus sanglantes de la révolution depuis un an. Quatre Bahreïnis ont été assassinés mercredi aux mains des forces Al Khalifa .

 

Hadj Saïd Ali Hassan Al Sakri, 65 ans, de la ville d’Aali est mort en martyr après qu’il ait inhalé des quantités excessives de produits chimiques et de gaz lacrymogènes tirés par les forces qui sont dirigées par John Timoney, le pire flic des États-Unis.

 

Le cortège emporte le cercueil d’un garçon de 16 ans, le samedi 19 novembre 2011, à Sitra au Bahreïn. Des centaines de personnes se sont rassemblées à Bahreïn pour les funérailles d’un manifestant tué par la police qui dispersait violemment une manifestation des opposants au régime al-Khalifa - Photo : AP/Hasan Jamali

 

Les gaz ont été lancés sur la maison du martyr dans les premières heures du mercredi 25 Janvier. Il est décédé quelques heures plus tard.

 

Abbas Al Shaikh, âgé de 22 ans, de Iskan Jidhafs, est également décédé en raison de complications découlant du traumatisme subi il y a deux mois en recevant une balle [en acier entouré de] caoutchouc tirée par la police.

 

Mohammad Ibrahim Yacoub, âgé de 17 ans, de la ville de Sitra, a été torturé à mort ce mercredi. Il était poursuivi par plusieurs voitures de police lors d’une manifestation pacifique et il a été renversé. Il a été capturé avec quelques blessures. Une vidéo de la police publié plus tard dans la journée le montre en relativement bonne forme et parlant à ses tortionnaires. Il a ensuite été torturé à mort. Ses tortionnaires, opérant sous la direction de John Timoney, ont appelé la famille pour qu’elle vienne chercher son corps.

 

Muntadhar Saeed Fakhar, âgé de 35 ans, qui a également été renversé par une voiture de police, a été fait prisonnier puis torturé à mort. Cette escalade dans les meurtres d’opposants a provoqué la colère des Bahreïnis qui ont juré de venger la mort de leurs martyrs et de provoquer la chute du régime Al Khalifa.

 

En attendant, les Bahreïnis ont intensifié leur résistance civile à la dictature Al Khalifa Al Saoud et à l’occupation (des forces saoudiennes). La semaine passée a vu le maximum de protestations dans presque tous les coins du pays. Chaque jour et chaque nuit les gens ont envahi les rues scandant : « le peuple veut un changement de régime » et « A bas Hamad [ben Khalifa] ». La réponse du régime a été cruelle et barbare. John Timoney a ordonné à ses forces de faire feu sans discernement avec des produits chimiques et des gaz lacrymogènes dans les ruelles, sur les routes et les maisons, provoquant des inhalations de gaz toxiques qui se sont révélés fatals dans de nombreux cas.

 

Le 26 janvier, Amnesty International a publié une déclaration intitulée « l’utilisation par le Bahreïn de gaz lacrymogènes contre les manifestants a provoqué plusieurs décès ». Amnesty a ajouté : « Bahreïn doit enquêter sur plus d’une dizaine de morts qui ont suivi le mauvais usage de gaz lacrymogène par les forces de sécurité », après qu’une autre personne ait été grièvement blessée par une grenade lacrymogène à Manama ce mardi. Ce mardi, Mohammad al-Muwali âgé de 20 ans, a été grièvement blessé et hospitalisé après avoir été frappé à la tête par une grenade lacrymogène tirée par la police anti-émeute, en réponse à une manifestation anti-gouvernementale dans le quartier de Karrana, dans la capitale.

 

Amnesty International a appelé le gouvernement américain à suspendre les transferts de gaz lacrymogènes et autres équipements de contrôle anti-émeute à destination des autorités de Bahreïn. Les Etats-Unis avaient suspendu un envoi d’armes à destination du Bahreïn en octobre 2011, suite aux multiples protestations au sujet des préoccupations permanentes sur la situation des Droits de l’Homme. [Ces livraisons ont depuis largement repris - NdT.]

 

Il a été rapporté que le gouvernement brésilien a décidé une enquête suite à des rapports selon lesquels des entreprises brésiliennes ont vendu des gaz lacrymogènes au gouvernement de Bahreïn. Plus de quinze personnes sont mortes après avoir inhalé ces gaz.

 

Les Etats-Unis ont averti leurs citoyens d’éviter de voyager à Bahreïn dans les prochaines semaines, car les Bahreïnis se préparent à célébrer le premier anniversaire de leur révolution contre la dictature Al Khalifa. Ces dernières semaines, des slogans anti-américains sont apparus dans les manifestations, l’administration Obama étant impliquée dans la répression de la révolution au Bahreïn et ayant fourni au régime matériel et soutien psychologique.

 

Les Etats-Unis sont considérés comme les complices de la politique meurtrière des al-Khalifa qui a entraîné la mort de plus de 65 personnes, hommes, femmes et enfants. Au lieu d’exercer des pressions sur le régime, la Maison Blanche a envoyé un ancien officier de police chargé de superviser l’écrasement brutal des Bahreïnis.

 

4 février 2012. Traduction : Info-Palestine.net

Lien : jacques Tourtaux-overblog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article