Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

DR-cheikh Ali Salmane, chef du mouvement Al-Wefaq :

"Cette décision va alimenter la révolution".

 

 

 

Il n'existe désormais plus aucun recours. La Cour de cassation de Bahreïn, la plus haute juridiction dans le pays, a confirmé ce lundi de lourdes peines contre 13 dirigeants de l'opposition, au risque d'alimenter le mouvement de contestation  dans le petit royaume du Golfe.

 

Condamnés pour complot contre le régime, les 13 hommes, détenus depuis près de deux ans, sont des meneurs du soulèvement qui a secoué le pays en février 2011avant d'être maté par la dynastie de la famille al-Khalifa, avec l’aide de la monarchie saoudienne Sept opposants ont été condamnés à la perpétuité, dont le militant des droits de l'Homme Abdel Hadi al-Khawaja, qui a mené jusqu'en mai 2012 une grève de la faim de 110 jours.

Six autres personnes ont été condamnées à des peines allant de cinq à quinze ans de prison. Parmi ces dernières figure Ibrahim Chérif, le chef sunnite du groupe Waëd, une formation de la gauche laïque qui avait joué un rôle de premier plan dans le mouvement de protestation.

"La Cour de cassation a confirmé toutes les peines", a indiqué un avocat de la défense. Les condamnés n'étaient pas présents lors de la séance, qui n'a duré quelques minutes.

La police s'est déployée autour du siège du tribunal, devant lequel des militants de l'opposition se sont regroupés. Ils scandaient des slogans et appelaient à la libération des détenus, selon des témoins.

"Cette décision va alimenter la révolution", a réagi sur Twitter cheikh Ali Salmane, chef du puissant mouvement chiite Al-Wifaq. Ce dernier a estimé qu'une "réforme radicale" était nécessaire dans le pays.

 

Source agences : 7 janvier 2013

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article