Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Des ivrognes sur une plage désertée, la nuit

 La chronique du condjador (10)

 Aujourd’hui, le condjador ne va vous parler ni de pêche ni d’écologie mais d’une belle nuit passée sur la plage avec des amis ivrognes. Nous sommes classés comme un danger potentiel pour les touristes et, pourtant, les gens ne savent pas que la missa, ce lieu de débauche pour certains ignorants, est un périmètre que l’agression ne peut pas franchir. Au contraire, les gens menacés par des agresseurs cherchent refuge dans la missa, ce bistrot en plein air, dirigé par un gérant vigilant. Les gendarmes et la police font des descentes sur le lieu de la missa mais ils oublient que le vrai danger pour les touristes et les gens de  passage  est plus loin. Si la missa est dispersée, les prédateurs ont un champ d’action plus vaste, sans témoins gênants. Ils deviennent des fantômes anonymes que ni les policiers ni les gendarmes ne peuvent identifier et les victimes veulent une aide instantanée avant d’être volés, tabassés et humiliés.

 Dans la missa, la bande d’amis : un terroriste repenti, un docker, un ouvrier -mieux payé qu’un fonctionnaire-, un marin et le serveur, payé au pourcentage des boissons vendues. Des nouveaux sont venus se joindre à la missa pour bénéficier de sa protection : un vieil homosexuel alcoolique, capable de prévoir la discussion qui va suivre rien qu’en écoutant les premiers mots ; une prostituée occasionnelle, un chef de bande, style parrain à l’italienne, homme respecté de ses amis et de ses ennemis.

La mer est très houleuse. Demain il n’y aura pas de travail. Je pourrais veiller jusqu’au matin. La météo divine me donne congé !

Je baigne dans un cocktail d’idées et de façons de voir qui n’existent que chez les gens simples. Des vérités dialoguent entre les ivrognes. Avec ces hommes et une bouteille, je passe une belle nuit de dialogue, de partage et de compréhension que seuls les gens qui ont foi dans l’homme peuvent connaître. Je sais à cet instant que la diversité des contacts et la grandeur des esprits sont les vertus des gens tolérants

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article