Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Par Saoudi Abdelaziz, 13 février 2014

 

 Par un curieux détournement de sens, la contestation du rôle non contitutionnel des services secrets, dénoncée par le responsable du principal parti politique algérien, est présentée dans les médias et chez divers personnages de l'establishement politiques proches des services, comme une attaque contre l'ANP, l'armée de ligne.

 

 Mustapha Hammouche, met le doigt sur ce quiproquo médiatique, ce matin dans Liberté: "Mais, au-delà du surplus de détérioration de l’image d’un système qui, désormais, ne peut même pas entretenir sa vitrine, il reste à connaître la véritable signification de l’intervention de Bouteflika. S’agit-il de se démarquer des excès de langage de Saâdani et de désamorcer les répliques qui commencent à se faire nombreuses et violentes ? Ce qui permet enfin aux plus hésitants, partis et syndicats, de “défendre” enfin... l’Armée. Alors que ce qui était en cause et à l’origine de la polémique, c’était le DRS. Et peut-être même que ce qui constitue l’enjeu de cette bagarre, c’est justement cette singularisation du DRS par rapport à l’Armée en général… "

 

Il y a un an, dans une note du blog datée du 19 mars 2013, j'écrivais : "En Algérie, le service de renseignement de l’Armée a effectué une Opa sur la parole militaire (...). Le DRS a longtemps utilisé la couverture ANP pour s’arroger un rôle exhorbitant et a-constitutionnel. Les réorganisations des années de pseudo-présidentialisme chadliste ont transformé les services d’espionnage et de contre-espionnage en colonne vertébrale  du régime selon les termes d’un journaliste cité dans notre blog".

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article