Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

Les trafiquants du futur

Par Chawki Amari

 

 

Pourquoi agréer des partis islamistes et ne pas agréer des partis républicains comme celui de Sid Ahmed Ghozali ? Parce que, selon DOK, celui-ci n’a pas déposé de dossier alors que, selon l’intéressé, il l’a fait il y a 13 ans et ne voit pas la nécessité d’en déposer un nouveau.

 

Mais en accusant le premier de mentir et de ne pas respecter la loi, l’ex-chef de gouvernement pose un problème de fond. Pourquoi les islamistes ont droit à autant de largesses ? Une partie de la réponse réside peut-être dans la déclaration du chef du Front de l’Algérie nouvelle, parti nouvellement agréé. Djamel Benabdeslam a conclu son autorisation d’activer par un «nous remercions Dieu que notre dossier soit accepté». Mais qui est Dieu ? En l’occurrence, c’est DOK ou ceux qui gèrent l’histoire politique du pays et viennent de donner un avantage très symbolique aux islamistes, même si c’est pour les diviser, agréant dans la foulée le parti de Abdallah Djaballah et Mohamed Saïd.

 

Avec cette manie récurrente de s’en prendre aux démocrates, journaux progressistes, associations citoyennes et militants des droits de l’homme tout en évitant la confrontation avec les islamistes, on pourrait même suspecter le régime de vouloir faire passer les islamistes. Mais dans quel but ? Il faut peut-être écouter pour une fois Louisa Hanoune, qui accuse les islamistes de rouler pour les Américains. Le régime roulant, lui aussi, pour les Américains, on peut en conclure que le régime roule pour les islamistes. Qui est le chauffeur, qui est le passager et qui est le piéton qui se faire écraser ?

 

C’est toute la schizophrénie au pouvoir, qui traque les démocrates d’un côté tout en leur demandant d’aller aux urnes de l’autre, pour forcément contrer les islamistes puisque ces derniers ont une infaillible discipline de vote. Alors, faut-il voter ou non ? Oui, mais sous le contrôle d’un psychiatre et avec un bon avocat.

 

Chawki Amari, 28 janvier 2012. El Watan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article