Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

  

  

"La santé va mal très mal", c'était beaucoup mieux dans les années 70, confie le chef de ce département ministériel qui vient de découvrir ce qui depuis ne nombreuse années est le calvaire habituel des algériens ordinaires. Professeur de médecine, député puis président de  l'Assemblée nationale, Abdelaziz Ziari, en dépit de ces postes d'observation, n'avait jamais dit un mot de trop sur la gestion calamiteuse de ce secteur. Des spécialistes algériens émigrés formés en Algérie sont choyés en France où ils assurent désormais un rôle essentiel dans la santé publique et les hôpitaux. Aux praticiens qui ont choisi de rester en Algérie et qui réclament la revalorisation de leur statut, Abdelaziz Ziari en homme du système, sûr de lui et dominateur répond: «Que ceux qui ne s’y retrouvent pas aillent exercer à titre privé en ouvrant des cabinets médicaux". Il aurait pu ajouter: "ou aillent travailler dans les hôpitaux français".

 

fruits branche d'oranger feuilles vertes à Valence Espagne Banque d'images - 17090156                              

 

A défaut d'hôpitaux accueillants, les Algériens mangeront plus d'oranges. Pour les 9 premiers mois de la saison en cours -qui commence le 1octobre 2012- la production d'agrumes est estimé à 12,1 millions de quintaux, contre 10,9 millions lors de la campagne précédente. Une performance inédite selon Hocine Abdelghafour,  le directeur des statistiques agricoles au ministère de l'Agriculture. Les wilayas de Blida, Mostaganem et Relizane assurent à elles-seules les quatre-cinquième de cette production.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article