Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

"Face à cette grève, forcément impopulaire, le ministre des Transports a même osé un coup de gueule : «On ne peut pas permettre à n’importe qui de bloquer Alger». Mais Alger est bloquée et le personnel de l’Etusa n’y est pas pour grand-chose, Monsieur le ministre !"

  

  

  

Par Slimane Laouari, 20 novembre 2013

 

 

 

 

Quand M. Amar Ghoul, le ministre des Transports, promettait récemment aux Algériens des avions-taxis pour l’année 2014, personne ne lui a demandé quand on aura des… voitures taxis ! C’est que depuis longtemps, quand les Algériens n’ont pas le rire sarcastique face aux promesses de leurs dirigeants, ils font mieux : ils ne prêtent aucune attention à ce qu’ils disent.

 

 

La chanson est connue, le procédé rodé : là où nos ministres doivent penser de grands projets structurants, ils nous sortent des opérations de rafistolage sans impact immédiat sur la vie du citoyen et sans projection sur son avenir.

 

 

C’est maintenant systématique. Quand les Algériens s’inquiètent de leur ville et de l’état lamentable dans lequel est Alger qui a besoin d’un véritable Plan Marshall pour devenir une capitale digne d’un grand pays du sud de la Méditerranée, on nous a sorti quelques bricoles qui ne font même pas rire, comme des terrasses pour les cafés et des commerces… ouverts la nuit !

 

 

Et quand on évoque le ramassage des ordures, on convoque la folie des grandeurs pour nous faire oublier les petites choses qui rendent la vie plus… vivable ! La quadrature du cercle.

 

 

Admirons cette réponse de M. Tahmi, le ministre de la Jeunesse et des Sports, à un journaliste qui lui demandait comment la sélection nationale de football pouvait être amenée à jouer des matches de qualification à la Coupe du monde dans un stade aussi exigu que celui de Blida : «De toute façon, même si on avait un stade de 100 000 places, le problème aurait été le même : tous les Algériens veulent aller voir Algérie-Burkina Faso et ce n’est pas possible de satisfaire tout le monde» !

 

 

Mais personne ne vous demande de mettre… l’Algérie dans un stade, Monsieur le ministre, ce qu’on attend de vous, c’est de mettre un stade en Algérie ! Et personne ne vous a parlé du match entre l’Algérie et le Burkina Faso.

 

 

On sait, tant qu’à faire, que «le match» peut se jouer n’importe où, puisqu’on a réussi même la performance de faire pire que le stade Tchaker.

 

 

Et dans l’affaire, il s’agissait de «liquider» le match et ce qui ne gâte rien, la politique de la petite ambition veut que la sélection nationale ait plus de chances de gagner une rencontre dans un stade vétuste que dans un stade plus praticable pour les joueurs et plus humain pour les spectateurs. Pour revenir à Amar Ghoul, après avoir apprécié sa promesse de mettre à notre disposition des avions-taxis faute de taxis tout court, nous voilà en train d’admirer son commentaire sur la grève des travailleurs de l’Entreprise publique des transports algérois (Etusa) : «C’est un problème interne à l’entreprise, qui doit être réglé au sein de l’entreprise» !

 

 

C’est fou ce que les entreprises publiques sont autonomes quand elles traversent une zone de turbulence ou vivent des conflits de travail ! Aussi fou qu’elles sont sommées de se soumettre aux injonctions administratives de la tutelle quand les enjeux politiques conjoncturels et les impératifs de paix sociale l’exigent ! Face à cette grève, forcément impopulaire, le ministre des Transports a même osé un coup de gueule : «On ne peut pas permettre à n’importe qui de bloquer Alger».

 

Mais Alger est bloquée et le personnel de l’Etusa n’y est pas pour grand-chose, Monsieur le ministre !

 

 

Source: Le Temps d'Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article