Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

« Il est hors de question de recruter des agronomes ou des ingénieurs en sciences maritimes », affirme avec la tranquille assurance du bureaucrate, l’inamovible ministre de l’Education nationale. L’Algérie les a formés mais on ne pas les titulariser, on applique ainsi la fameuse maxime du Roi Ubu : « Coupez de qui dépasse ». Pendant ce temps, ces enseignants contractuels poursuivent leur courageux sit-in devant le ministère, sous la pluie, dans la boue et le froid. Est-ce Monsieur Benbouzid qui a donné l’ordre de leur retirer matelas et couverture ? Malika Ben rapporte le calvaire de ces protestataires.

 Enseignants contractuels

Le Snapap dénonce le silence des autorités

“Le Snapap réagit vivement contre le silence et l’indifférence de la société civile et des citoyens à l’égard des enseignants contractuels en sit-in permanent devant le ministère de l’Éducation.” C’est ce qu’indique un communiqué de ce syndicat, qui révèle que “plusieurs enseignants ont été évacués pour des soins d’urgence en raison des conditions pénibles et de leur exposition au froid depuis 14 jours.”

Pis encore, “dans la nuit du 14 décembre, les services de sécurité leur ont retiré les matelas et les couvertures et les ont menacés d’emprisonnement sans pour autant que le ministre de l’Éducation se soucie de leur déchéance physique et souffrance morale.”

Le Snapap, qui s’interroge “comment peut-on maltraiter et humilier impunément des individus ayant passé 14 jours sur le trottoir sous la pluie et dans la boue, appelle à une réaction rapide pour les sauver, d’autant que parmi eux se trouvent une femme enceinte et une mère d’un enfant âgé de 2 ans.” Il indique, enfin, que “nullement influencés, les enseignants contractuels sont déterminés à porter la protestation devant la Présidence.”

(…) À rappeler que le ministre de l’Éducation nationale a déclaré, mardi lors de sa visite à Laghouat, que le dossier des enseignants contractuels est “clos définitivement”. “Nous avons régularisé 30 000 enseignants contractuels et le reste, non régularisé, n’a rien à voir avec le secteur car ne disposant pas d’un diplôme en relation avec l’enseignement.” Pour Benbouzid, “il est hors de question de recruter des agronomes ou des ingénieurs en sciences maritimes pour encadrer nos enfants.”

Malika Ben, 17 décembre 2011. Liberté

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article