Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

DR. Lassouani prit part, aux côtés de Giap, à la bataille de Dien Bien Phu

Mohamed Lassouani est mort il y a dix jours. A la fédération d'Alger du PAGS, j'ai suivi, pendant les années 70, le travail des ouvriers "anciens du Vietnam", qui activaient dans des usines d'Alger. C'est à cette occasion que j'ai été en contact avec Mohamed Lassouani, qui en assurait la coordination. Ma mémoire me restitue quelques traits de ce camarade : la clarté rationnelle de son esprit, sa figure lumineuse, un dévouement souriant au parti.

Alger républicain lui a consacré un hommage.

 Mohamed Lassouani nous a quittés

 Nous venons d’apprendre la triste nouvelle du décès, à l’âge de 81 ans, du valeureux militant communiste. Il est mort vendredi 8 novembre chez lui à Tlemcen.

 Mohamed Lassouani est issu d’une famille pauvre. Il a travaillé comme ouvrier agricole sur les terres des colons dans la région de Tlemcen. La misère et la faim l’ont poussé à s’engager dans l’armée française comme des milliers d’autres Algériens qui ne possédaient rien pour survivre.

 Son contingent fut envoyé en Indochine pour combattre les Vietnamiens en lutte pour leur indépendance sous la direction du parti communiste vietnamien.

 Il prit conscience que sa place était du côté des patriotes qui se battaient pour se libérer des griffes du colonialisme français, que leur combat devait être soutenu par tous les Algériens eux aussi opprimés par les mêmes colonialistes. En compagnie de deux autres Algériens il décide de déserter l’armée coloniale. Il rejoint les rangs des patriotes vietnamiens avec son arme et ses munitions.

 Le général Giap, récemment disparu, reconnut ses qualités de soldat courageux et décèle en lui un esprit d’initiative remarquable. Il lui confie personnellement de nombreuses missions spéciales.

 Mohamed Lassouani prit part à la bataille de Dien Bien Phu où l’armée française, complètement encerclée, subit une défaite cuisante en 1954. Le gouvernement français fut obligé de reconnaître l’indépendance du Vietnam.

 Il participe à la construction de la République démocratique du Vietnam en qualité de membre du PC du Vietnam. Il fait les études, que le colonialisme ne lui avait pas permis de faire dans son pays natal. Il décroche des diplômes tout en travaillant.

 En 1963, il décide de rentrer en Algérie pour participer à l’édification du pays. L’Algérie de l’époque lui décerne la qualité de moudjahid en signe de solidarité avec le Vietnam, de profonde communauté de lutte entre les Algériens et les Vietnamiens, et de reconnaissance de la portée anticolonialiste et anti-impérialiste mondiale de la lutte du peuple Vietnamien, de la contribution de ce combat à la préparation des conditions de l’insurrection du 1er novembre 1954.

 Il rejoint le Parti Communiste Algérien et continua à militer ensuite dans le PAGS.

 Il est élu membre du comité central du PAGS lors de son congrès de décembre 1990.

 Il fut un de ceux qui s’opposèrent à la liquidation du PAGS et signa la déclaration dénonçant cette entreprise de sabordage par les renégats qui en avaient pris la tête par des méthodes déloyales(...).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article