Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

 

 

 

 

 

« Je te le disais l’autre jour »

« je ne me souviens plus »

« qu’à l’Institut du monde arabe ça pue plus qu’au musée d’Orsay »

« c’est vrai... tu l’as dit »

« ... !? »

 

 

Al Faraby, lundi, 11 février 2012. Assawra.info

 

Pour Jack Lang, le monde arabe va jusqu’à... Taïwan !

 

À peine nommé, Jack Lang se lance à corps perdu dans son activité favorite : l’organisation de cocktails et de soirées. À l’Institut du monde arabe, il aura fort à faire. Du Maroc à l’Afrique du Sud, du Sénégal à l’Arabie saoudite, les occasions de festoyer ne manquent pas : une fête nationale, une manifestation culturelle ou sportive, la nomination d’un nouveau ministre, la visite à Paris d’un artiste qui mérite d’être popularisé... Ce vivier semble pourtant trop frugal pour notre ancien ministre de la Culture. L’une de ses premières décisions à la tête de cette prestigieuse institution est d’organiser une réception en l’honneur de madame Lung Ying-tai, ministre de la Culture de... Taïwan, pays majeur du monde arabe comme chacun sait...

Pour justifier cette festivité, le président de l’IMA précise dans une lettre-invitation datée du 6 février qu’"elle est une femme remarquable. Écrivaine de talent, elle anime avec courage et détermination une politique audacieuse en faveur des arts." Plus loin : "Une réception sera donnée en son honneur. Votre présence serait particulièrement appréciée." Tout juste est-il précisé qu’"un projet d’exposition consacrée aux trésors arabes des empereurs de Chine sera en particulier évoqué". On notera le fol enthousiasme de la puissance invitante : on sent que cette rétrospective sera le climax de son mandat !

Précision utile, le site français d’Amazon ne recense aucun ouvrage signé par Lung Ying-tai. L’important est que cette haute responsable de l’îlot chinois soit traduite dans un des innombrables dialectes et langues africains, parlés et lus par Jack Lang. Et qu’elle puisse renforcer la Chine-Afrique aux dépens de la toujours décriée Françafrique. Quant aux nécessaires économies que doivent réaliser les agences de l’État, elles sont repoussées aux calendes grecques, grande civilisation africaine elle aussi !

 

(11-02-2013 - Avec les agences de presse)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article