Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le président Sarkozy et l’ambassadeur de France à Tel-Aviv se sont félicités de la libération d’un sergent franco-israëlien. Les médias passent sous silence le maintien en détention, en Israël, de Salah Hamouri, un étudiant franco-palestinien.

Salah Hamouri et d'autres prisonniers politiques palestiniens dont le dirigeant du Fatah Marwan Barghouti ne seront pas libérés. L'étudiant franco-palestinien de 26 ans, enfermé, depuis maintenant sept ans, dans les geôles israéliennes vient lui d'être "mis à l'isolement" et "interdit de visite jusqu’au 5novembre", confiait sa mère, Denise Hamouri, il y a quelques jours. Une mesure de rétorsion qui aurait été prise par les autorités israéliennes contre la grève de la faim entamée par les prisonniers palestiniens.

Jean-Claude Lefort donne son avis sur le récent échange de prisonniers.

 

 

Guilad Shalit est libéré mais pas Marwan, pas Saadat et pas Salah

 

Une nouvelle tombe comme un éclair dans la nuit du 12 octobre. On se frotte les yeux. On vérifie. Plus de doute: le caporal Guilad Shalit sera libéré en échange de 1 027 prisonniers palestiniens. On cherche qui sera libéré. Et puis les faits s’installent.

La libération des prisonniers palestiniens se fera en deux fois. 477 sortiront les premiers, parmi eux 315 qui étaient condamnés à la prison à vie et toutes les femmes emprisonnées en Israël, soit 27. Sous un délai d’un mois, 550 autres prisonniers devraient sortir. Nombreux sont celles et ceux qui ne pourront retourner chez eux: expulsion à l’étranger.

Cette nouvelle nous réjouit bien évidemment. On se dit aussi: le blocus de Gaza n’a plus de «raison» d’être. Il doit être levé. Et puis on se demande: que s’est-il donc passé pour que cela se produise à ce moment précis?

Netanyahou a rejeté, dès son arrivée en 2009, un plan de libération de Shalit mis au point par Tzipi Livni qu’il a battue. Aujourd’hui il accepte. Il avait donc bienentre les mains la clé de cette libération. Nicolas Sarkozy ne l’a jamais mis en cause. Et il le félicite aujourd’hui…

« Une opportunité» s’est présentée, dit Israël. De fait, le Hamas a voulu reprendre le devant de la scène politique après le succès indéniable remporté par Mahmoud Abbas à l’ONU. Les exigences de libération du Hamas ont été moindres qu’en 2009. Et ce besoin convergeait avec celui des Israéliens isolés.

La volonté israélienne est aussi de mettre un nouveau coin entre l’OLP et le Hamas pour que dure la division – non seulement la division des Palestiniens mais aussi celle des territoires. Mais rien n’est moins sûr qu’ils y parviennent. «Un printemps palestinien» est comme en marche. Tout le monde doit le prendre en compte. Tous. Attendons-nous à de nouvelles surprises.

Mais regardons à nouveau la liste des prisonniers libérés. Il n’y a pas Marwan, pas Saadat. Et pas Salah. Notre cœur se pince…

 

Jean-Claude Lefort, président de l’Association France Palestine Solidarité. 18 octobre 2011.

Humanité.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article