Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

J’ai retrouvé un  texte qui m’a été envoyé en mars 1993 par un ami d’Alger, bien informé, à l’occasion d’un échange sur les dessous des évènements d’octobre 1988. Extraits.

"En octobre, entre le 4 et le 6, en dehors de certains quartiers, les forces de police étaient absentes ou ont laissé faire les saccages et pillages. En octobre 1988, mais également en juin 1991, durant le mouvement insurrectionnel du FIS, sont apparues ces voitures dont les occupants tiraient indistinctement sur les manifestants et les forces de l’ordre. Et dans ces deux cas, dans la foule, ont été repérés de véritables professionnels. Des hommes jeunes, armés, blousons de cuir et trainings, sachant organiser les assauts et les remplis, éteindre dans des seaux d’eau les bombes lacrymogènes, tendre des embuscades…

(…) Il est encore signalé, au niveau de l’hôpital de Douéra, deux pavillons complètement isolés par des hommes en uniforme de l’ANP mais qui, selon mon informateur, appartenaient aux «hammaloulou», ces groupes d’intervention mobiles qui ont relayé les Cns. Dans ces pavillons, il n’y avait ni malades ni blessés, mais des hommes jeunes au repos. Et la personne qui m’apportait ce témoignage a fait part de son impression d’avoir vu là, si ce n’est des étrangers, du moins des émigrés. Certes, ces éléments ne reposent que sur des témoignages, fiables peut-être, mais en tout cas invérifiés, invérifiables".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Safiya 05/10/2014 18:15

"Sont apparues ces voitures dont les occupants tiraient indistinctement sur les manifestants et les forces de l'ordre". Des gens, en Ukraine, tirent, aujourd'hui, indistinctement sur les manifestants et sur les forces de l'ordre...