Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

1939. Franco au défilé de ses troupes à Madrid

1939. Franco au défilé de ses troupes à Madrid

Le 28 mars 1939, les troupes franquistes entrent à Madrid sous la conduite de leur caudillo, Francisco Franco y Bahamonde, un général de 46 ans qui dirigera l’Espagne pendant 36 ans. C'est  la fin de la «République démocratique des travailleurs de toutes classes», née par les urnes en 1931.

De longues colonnes de réfugiés républicains se pressent à la frontière des Pyrénées et demandent asile en France. C'est la «Retirada». Beaucoup sont cantonnés dans des camps. Un certain nombre poursuivent leur route jusqu'au Mexique, voire l'URSS.

Moins chanceux sont les 15.000 réfugiés qui ont afflué vers le port d'Alicante dans l'espoir d'y embarquer sur des navires. Pris au piège, ils sont cernés par les troupes italiennes alliées aux franquistes. Beaucoup choisissent de se suicider sur place, sous les yeux de la population. Les autres sont envoyés dans des camps de concentration ou massacrés.

Deux semaines avant la chute de Madrid, le 15 mars, Hitler est entré à Prague. Le 7 avril suivant, Mussolini lance ses troupes à l'attaque de l'Albanie. Le fascisme a le vent en poupe.

Fort de sa victoire, Franco instaure en Espagne un régime semblable au régime fasciste mussolinien, mais avec une présence plus marquée de la hiérarchie catholique. Les institutions prennent la forme d'une monarchie... sans roi. Comme s'il voulait enlever définitivement à son peuple l'envie de se révolter, Franco va multiplier les emprisonnements et les exécutions sommaires dans les années suivantes. Cette répression va faire autant de victimes que la guerre elle-même, soit environ 400.000.

Le caudillo proclame sa neutralité dès le début du conflit entre l'Allemagne et les Occidentaux. Il se tient prudemment à l'écart de la Seconde guerre mondiale. Il se contente d'envoyer des troupes combattre les «hordes soviétiques».

Cette réserve doublée d'un brevet d'anticommunisme vaut au franquisme de survivre à l'effondrement de l'Axe Berlin-Rome. Sous l’influence de l'organisation catholique Opus Dei, l’Espagne ouvre se frontières aux marchandises et aux touristes. Parallèlement à cette ouverture libérale, Les dernières années du franquisme sont marquées par la répression brutale des autonomistes basques et l'exécution à Burgos de plusieurs dissidents politiques.

Le 20 novembre 1975, à 83 ans, Franco meurt après un mois d'une interminable agonie.

Source: Herodote.net

Commenter cet article