Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le général Gouraud inspecte les troupes à Maysalun. Photo DR

Le général Gouraud inspecte les troupes à Maysalun. Photo DR

Le 28 avril 1920, la France et son armée mettent la main sur la Syrie et le Liban. L’armée française vient ainsi, encore une fois, perturber la vie des milliers de familles algériennes qui avaient trouvé refuge au "doux pays du Chem », après les expropriations et autres senatus consultes du colonisateur au 19ème siècle en Algérie.

Ce protectorat prend le nom de «mandat pour la Syrie et le Liban», officiellement accordé par la Société des Nations.

« La Communauté internationale » des vainqueurs, avant même la fin de la Première guerre mondiale, avait chargé deux diplomates, le Britannique Sykes et le Français Picot de conclure le 16 novembre 1916, un accord secret, partageant les dépouilles de l'empire ottoman.

C'est ainsi que dès la fin de la guerre, le 8 octobre 1918, une escadre française s’empresse d’empocher la mise et accoste à Beyrouth. Les soldats se joignent à leurs alliés britanniques qui ont déjà occupé toute la région. Ils entrent avec eux dans la ville.

Les nationalistes arabes espéraient édifier un État indépendant autour de Damas, capitale de la Syrie, avec le soutien de leur ami britannique «Lawrence d'Arabie». Ne jamais faire confiance aux mirages miroités par les aventuriers espions. le 24 juillet 1920, les armées arabes  sont défaites par les Français, à Khan Mayssaloum.

S’en suivent les tripatouillages de l’occupant qui met en place des structures politiques d’une grande nocivité qui pourriront la vie de ces pays jusqu’à aujourd’hui.

Ainsi, la France « protectrice » détache le Liban  de la Syrie et y institue aux côté des Occupants, un Conseil consultatif où sont représentées…17 communautés religieuses : chrétiens maronites, juifs, musulmans sunnites ou chiites, chrétiens jacobites ou monophysites, Druzes, Arméniens, Grecs orthodoxes, etc. Les Français adoptent ainsi la ligne de conduite anglaise du « diviser pour régner ». Et ça continue.

 Première mise en ligne: 28 avril 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article