Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Le 26 février 1885 prend fin la conférence de Berlin sur l'Afrique. L'immense continent noir est partagé comme une vulgaire tarte aux pommes.

La conférence livre notamment le Congo au roi des Belges. Une dizaine d'années plus tôt, le roi Léopold II a organisé à ses frais une conférence de géographie à Bruxelles en vue de faire le point sur l'exploration de l'immense bassin du Congo, au centre de l'Afrique équatoriale.

Le roi ne songe à rien de moins que de s'approprier et coloniser ce territoire. Mais les Français ont aussi des visées sur lui, à commencer par Savorgnan de Brazza.

Plus au sud, les Britanniques et les Portugais sont en bisbille à propos de l'arrière-pays des implantations portugaises d'Angola et du Mozambique... Les Allemands eux-mêmes commencent à s'intéresser à l'Afrique noire, avant tout pour des questions de prestige.

Le 24 février 1884, le Reich place sous sa protection les implantations allemandes du Sud-Ouest africain. Deux jours plus tard, le chancelier Bismarcks'entretient de l'Afrique avec l'ambassadeur de France et, pour la première fois, évoque une concertation internationale sur le sujet.

C'est ainsi que s'ouvre la conférence de Berlin le samedi 15 novembre 1884. Y participent les représentants des puissances directement concernées par le Congo : l'Allemagne, l'Angleterre, la France et le Portugal. Participent aussi la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne et les États-Unis, ainsi que, pour la forme, l'Autriche-Hongrie, la Suède le Danemark, l'Italie, la Russie et la Turquie, soit au total 14 États.

La conférence et ses résultats

 

D'emblée, les participants, à commencer par Bismarck, se fixent de nobles objectifs comme le désenclavement du continent africain ou l'éradication de l'esclavage et de la traite musulmane.

Le représentant anglais prévient qu'il ne sera pas plus question de traiter du bassin du Niger, domaine réservé de l'Angleterre, que de celui du Sénégal, domaine réservé de la France. L'attention se focalise donc sur celui du Congo, pompeusement qualifié par Bismarck de «Danube de l'Afrique».

Après trois mois et demi et seulement huit réunions plénières, les participants signent, le 23 février 1885, l'«acte général» de la conférence.

Cet acte définit des zones de libre-échange dans le bassin du Congo. Il proclame la liberté de navigation sur les grands fleuves africains, le Niger et le Congo. Il arrête aussi quelques principes humanitaires contre la traite des esclaves ainsi que le commerce de l'alcool et des armes à feu. Enfin et surtout, il reconnaît à Léopold II, roi des Belges, la possession à titre privé d'un vaste territoire au coeur de l'Afrique noire, qui sera baptisé «État indépendant du Congo» !

Léopold II comblé

Le principal bénéficiaire de la conférence de Berlin est donc le roi des Belges, qui a consacré sa fortune personnelle à l'exploration et à l'occupation de l'Afrique centrale et voit ses efforts récompensés.

Son «État indépendant du Congo», avec son drapeau bleu avec étoile d'or au centre, est reconnu sans tarder par les États-Unis. Léopold II promet aux grandes puissances de l'ouvrir à leur commerce. Lui-même va s'efforcer de tirer de sa colonie un maximum de ressources (caoutchouc...), au prix du travail forcé. À sa mort, il lèguera le Congo à la Belgique mais celle-ci ne l'acceptera qu'à son corps défendant.

 Un continent à l'encan

Les États européens déjà présents sur le littoral africain vont, dans les années qui suivent la conférence de Berlin, régler par des traités bilatéraux le sort de l'arrière-pays.

La France se voit reconnaître la possession de vastes territoires en Afrique de l'ouest. Le chancelier Bismarck espère, mais à tort, qu'elle se résignera ainsi à la perte de l'Alsace-Lorraine.

Quant à l'Angleterre, elle s'aménage la possibilité de constituer un axe continu du Caire au Cap, de la Méditerranée à la pointe sud du continent. Elle réalisera brièvement son rêve avec l'annexion du Tanganika allemand après la Grande Guerre de 14-18.

 

Source : Herodote.net

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article