Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Pablo

DR-Pablo Neruda et Pablo Picasso, deux communistes

 

 

 

 

 

Pablo Neruda est mort le 23 septembre 1973, une dizaine de jour après le coup d'Etat impulsé par la CIA au Chili. Manuel  Araya, alors chauffeur et garde du corps de Pablo Neruda a toujours affirmé qu'il a été assassiné. Grâce à son témoignage, une enquête a été ouverte en 2011 sur les circonstances du décès du grand poète chilien. Manuel Araya poursuit son combat pour la vérité.

 

 

 

 

 

Interview

 

 

 

 

 

 

 

«Pablo Neruda était un symbole à abattre»

 

 

 

 

 

 

 

Grâce à votre témoignage, le Parti communiste du Chili a déposé une plainte criminelle en 2011 afin d’exhumer les restes de Pablo Neruda, convaincu qu’il a été assassiné. Sur quoi se fonde votre jugement ?

 

Manuel Araya. Dès 1973, j’ai demandé à Matilde, sa femme, de dénoncer son assassinat. Pablo Neruda se trouvait dans la clinique de Santa Maria, à Santiago, depuis le 19 septembre. Il souffrait du cancer mais, à ce moment-là, il était en bonne santé. Il était en revanche inquiet de ce qui se passait dans le pays et triste après la mort de Salvador Allende. Nous, nous craignions pour sa vie car on le savait en danger. L’ambassadeur du Mexique voulait le faire sortir du pays. Il devait d’ailleurs s’y rendre le 24 septembre 1973. Le 22, Neruda me dit d’aller à Isla Negra pour faire ses valises et lui ramener douze livres. Lorsque nous partons avec Matilde, il va bien. Puis, dans l’après-midi, nous recevons un appel pour nous informer qu’on lui a fait une piqûre. Lorsque nous revenons à la clinique, Neruda est rouge, il me dit que tout son corps le brûle. C’est très étrange, mais on m’envoie acheter un médicament. Pourquoi, alors que nous sommes dans un hôpital? En sortant, deux voitures m’arrêtent et m’emmènent au commissariat. Neruda meurt le 23 septembre.

 

 

 

Aujourd’hui, où en est-on désormais de l’enquête ?

 

Manuel Araya. Officiellement, il serait mort en état de grande faiblesse. Mais cette version est différente de celle la presse de l’époque qui parle de mort liée à une infection urinaire. Dans les années 1970, le médecin Sergio Draper a dit qu’il avait injecté la fameuse piqûre et que Neruda était mort dans ses bras. Mais, lorsqu’il a dû témoigner, il a dit qu’il n’était pas à l’hôpital. Et puis on a découvert que des médecins exerçaient également à Colonia Dignidad (une secte nazie – NDLR) et que d’autres n’existaient même pas!

 

 

 

 

 

Vous dites que Pablo Neruda était en danger. Pourquoi ?

 

Manuel Araya. Il était surveillé en permanence. Dès le 12 septembre, un bateau militaire s’est posté au large d’Isla Negra. Des militaires sont venus une première fois dans sa maison pour savoir combien de personnes y travaillaient. Le 14 septembre d’autres militaires sont revenus, puis des marins. Notre objectif était alors d’évacuer Neruda. Il était un symbole à abattre. Il fut sénateur, candidat à la présidence, prix Nobel, communiste. Il était connu, reconnu et apprécié du peuple.

 

 

 

Source: Humanité.fr

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article