Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

Le 21 avril 1967, un groupe de colonels provoque un coup d'État militaire en Grèce. La dictature des colonels est le nom donné au pouvoir politique en place de 1967 à 1974. L’histoire retiendra que l’administration américaine a immédiatement reconnu le nouveau pouvoir.

 

Les Algériens ont suivi avec attention et sympathie la lutte du peuple grec pour se débarrasser de Papadhópoulos et de sa clique. Jusqu’au magnifique mouvement de d’occupation de l'École Polytechnique (Politechnion) qui marquèrent la fusion à Athènes entre le mouvement étudiant et la révolte de toutes les couches populaires. On se souvient de cette journée du 17 novembre 1973 où les dictateurs firent marcher les chars sur l'université. Ces événements qui ont un immense retentissement dans le monde précipitèrent le déclin de la dictature.  Quelques mois plus tard, la fuite en avant des colonels dans crise chypriote de l'été 1974 entraîna la chute de la “khounta ».

 

Pendant toutes les années de résistance du peuple grec, Mikis Theodorakis et Mélina Mercouri avaient pris place parmi nos chanteurs préférés. C’était, je m’en rappelle, des artistes que l’on passait souvent à la chaîne 3. C’est aussi en 1968-69, à Alger, que fut tourné Z, le film de Costa-Gavras adaptant le roman de Vassilis Vassilikos fondé sur un fait réel : l'assassinat du député grec Grigoris Lambrakis en 1963à Thessalonique, assassinat camouflé en accident organisé par la hiérarchie policière. Les jeunes algérois de ma génération ont été nombreux à jouer des rôles de figurants dans ce film. Un copain a même été pris comme doublure d’Yves Montand qui jouait le rôle du député ! L’assassinat de Lambrakis fut le signe avant-coureur de la mise en œuvre de moyens extrêmes pour empêcher l’arrivée de la gauche au pouvoir et qui aboutiront au coup d’état de 1967.

 

Synthèse blog

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article