Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 

En juillet 2009, un réservoir asséché près de Lanzhou, dans le Gansu.DR

 

 

 

« Les dépenses faramineuses en Algérie ne créent pas beaucoup de croissance ». « L'Algérie stagne puisqu'en 2011, la croissance a été pratiquement la même : 2,4% ». Parce que les banques n’accordent pas de soutien au secteur privé ? Faux : « Le tournant a été pris depuis 2005 et que les crédits au secteur privé sont supérieurs à ceux accordés aux entreprises publiques ».

« La vraie ligne de démarcation est bien entre producteurs et importateurs » écrit Salem Ferdi dans le Quotidien d’Oran. Il conclut : « La course au gaz de schiste n’est qu'une façon de se leurrer sur la nature du «mal» d'une économie en mal de diversification ; et où la croissance reste entravée par un système devenu, au fil des évolutions de la rente, très réfractaire à l'investissement productif ».

 

 

 

 

 

 

Par Salem Ferdi

 

 

 

 

Que s'est-il passé sur le «front économique» ? Une petite croissance qui est loin de répondre aux besoins - et au potentiel - du pays.

Des importateurs qui vaquent «tranquillement» à leurs occupations, des grossistes non astreints au chèque et revendeurs dégagés des rues qui cachent l'iceberg de l'informel. Et la mise en public d'un sujet à initiés : les réserves d'hydrocarbures baissent et déclinent. Le gaz de schiste est vu comme l'option du salut.


 

 

Les importateurs sont tranquilles


 

«Dites-moi où est-ce que ça cale?». C'est la phrase la plus pertinente dite en 2012 quand on cherche à esquisser un bilan qui débute, classiquement mais pertinemment, par l'économie. La phrase, un mélange de constat et de désarroi, a été lancée par Abdelmalek Sellal, en direction de patrons algériens. Privés, bien sûr. Ce n'est pas seulement une question de style - la différence entre Sellal et Ouyahia est évidente - mais un doute, enfin, ouvertement exprimé que les bilans roses et globaux sont très relatifs. En 2012, on a eu, une fois de plus, la confirmation que les dépenses faramineuses en Algérie ne créent pas beaucoup de croissance. Le FMI qui se table en général sur les données officielles chiffre la croissance en 2012 à 2,5%... L'Algérie stagne puisqu'en 2011, la croissance a été pratiquement la même : 2,4%. Où est-ce que ça cale, est donc la bonne question 2012. Les patrons privés ont leurs idées. Ils ciblent en priorité la bureaucratie et les banques publiques qui ne joueraient pas le jeu. Mais dans l'année à ça cale encore, les privés, en général défendus par les médias, ont reçu, une fois n'est pas coutume, une vive réplique des banquiers publics.


Ce n'est pas à cause de nous que «ça cale», a dit Abderrezak Trabelsi, président de l'Association des banques et établissements financiers (ABEF), en évoquant un «mauvais procès». Chiffres à l'appui, il affirme que le tournant a été pris depuis 2005 et que les crédits au secteur privé sont supérieurs à ceux accordés aux entreprises publiques, avec respectivement 1.982 milliards de dinars et 1.742 milliards jusqu'à fin 2011. 53% sont ainsi destinés au secteur privé.


Au passage, il a expliqué que les demandes de financement des privés ne portent pas le plus souvent pour l'investissement productif mais pour des opérations commerciales. La boucle est ainsi bouclée. Le privé n'est pas vraiment l'antithèse ou l'alternative au secteur public. La vraie ligne de démarcation est bien entre producteurs et importateurs.…

 

Nul ne conteste que l'Algérie ait besoin d'importer. Le problème est qu'il existe une sorte d'hégémonie des importateurs qui œuvrent à maintenir l'Algérie dans ce statut. Ces importateurs sont, de manière diffuse, au pouvoir. Même l'imposition du Credoc a fini par ne gêner que les producteurs, pas les importateurs. Les chiffres du commerce extérieur l'attestent. Et ce sera le cas tant que les politiques publiques ne créent pas une discrimination positive en faveur des producteurs. A fin 2012, il est encore plus rentable d'importer que de produire. On sait, globalement, où «ça cale» pour l'économie. On sait aussi pourquoi. Le mystère est que des politiques présumées de «nationalisme économique» entretiennent la situation. On parle beaucoup d'améliorer le «climat des affaires» en pensant aux opérateurs étrangers. En réalité, c'est le climat des affaires pour les producteurs nationaux et les Algériens qui investissent dans la production industrielle qui a besoin d'être amélioré. Encore faut-il oser s'attaquer aux situations de rente qui profitent aux puissants importateurs…


 

 

Le vendeur à la sauvette, face cachée de l'iceberg informel


 

Au dernier trimestre de l'année, après l'arrivée de Sellal, les autorités ont engagé une action spectaculaire pour faire dégager les rues des villes envahies par les vendeurs à la sauvette. Dans de nombreux quartiers devenus presque inaccessibles pour leurs habitants, cela a été le soulagement. Mais si les autorités ont marqué des «points» en termes d'image après des années d'attentisme, la plupart des analystes restent dubitatifs. Le démantèlement des souks sauvages en fin 2012 illustre un retour d'assurance des autorités après le repli qu'elles ont effectué après les émeutes de janvier 2011. On observe d'ailleurs que les opérations de démantèlement des souks informels sont devenues moins soutenues, la priorité étant donnée à la nécessité de trouver des solutions de rechange aux revendeurs informels mis au chômage. Mais surtout, cette nouvelle action n'efface pas la défaite éclatante - et reconnue- du gouvernement en 2011 devant les «gros» de l'informel. Cette retraite a consisté en un nouveau renoncement - le second en quelques années - à faire appliquer une mesure imposant de recourir aux chèques pour les transactions commerciales supérieurs à 500.000 dinars. C'était, à juste titre, la vraie mesure anti-informel, une action autrement plus significative même si elle est moins «visible» que le «dégagement» des petits revendeurs ! La mesure qui devait entrer en vigueur le 1er avril 2011, une date «poissonnière !», a été très officiellement renvoyée aux calendes grecques par un historique Conseil des ministres tenu en février. En 2012, le gouvernement ne songe même pas à en parler. Il est très improbable qu'il en soit autrement en 2013. Les grossistes et les importateurs sont des acteurs autrement plus puissants et pèsent lourdement sur le circuit de distribution et le pouvoir, où ils ont leurs entrées, ne peut se permettre de l'ignorer.

On fait dégager les rues, c'est toujours bien pour la façade. La lutte contre l'informel, le vrai, le sérieux, le dangereux, attendra. Pas besoin de sortir son chéquier pour savoir «où» est-ce que ça cale, la lutte contre l'informel.


 

 

Du déclin des réserves d'hydrocarbures et du mirage du gaz de schiste


 

Impossible de faire le point de l'économie sans parler d'énergie et de politique énergétique. L'année 2012 sera probablement retenue comme étant celle où les inquiétudes sur la baisse des réserves d'hydrocarbures sont devenues publiques quittant les murmures angoissés des cercles initiés. Les estimations chiffrées diffèrent entre experts mais il y a bien une entente pour parler de «déclin». Les responsables algériens du secteur de l'énergie ont probablement encouragé, en sous-main, ce débat public car il permet et «justifie» une révision de la loi sur les hydrocarbures destinée à plaire aux investisseurs étrangers et donc à relancer l'exploration de l'amont pétro-gazier algérien. C'est d'ailleurs la première loi de l'agenda 2013. Les discussions sur le projet de loi du projet modifiant et complétant la loi n°05/07 du 28 avril 2005 relatif aux hydrocarbures reprendront en effet le 8 janvier 2013 et le vote aura lieu le 21 janvier. Le débat, réel et anxiogène, sur le déclin des réserves et donc des recettes, permet aux autorités, sans réel débat, de trancher en faveur de l'exploitation du gaz de schiste. La nouvelle loi sur les hydrocarbures accorde des avantages et des privilèges aux investisseurs dans ce domaine.

Et alors que les opposants à l'exploitation du gaz de schiste tentent, difficilement, d'imposer un débat national, on apprend, par le biais d'une «confidence» de Laurent Fabius à des journalistes français, qu'un accord sera signé prochainement entre Alger et Paris pour permettre des recherches françaises en Algérie dans le domaine de l'exploitation du gaz de schiste. Un collectif français anti-gaz de schiste n'a pas hésité à faire une comparaison avec les essais nucléaire français de Reggane. « 55 ans après avoir effectué les premiers essais nucléaires dans le Sahara algérien, la France s'apprête à nouveau à tester ses technologies controversées en territoire nord-africain », a estimé le réseau RHONALPIN des associations françaises anti-gaz de schiste.

Le gouvernement algérien n'a encore rien dit sur un tel accord. Il devra faire un effort de transparence sur sa politique en la matière. Et il devra écouter ceux qui ne voient dans la course au gaz de schiste qu'une façon de se leurrer sur la nature du «mal» d'une économie en mal de diversification ; et où la croissance reste entravée par un système devenu, au fil des évolutions de la rente, très réfractaire à l'investissement productif. Encore, une fois, «là», où ça cale !

 

Salem Ferdi, 31 décembre 2012. Le Quotidien d’Oran

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article